Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le mystère des chevaux mutilés

INFO FRANCE BLEU - Chevaux mutilés : un premier cas officiellement recensé dans l'Indre

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Berry, France Bleu

Le Berry semblait épargné jusque là par cette vague de cruauté dont sont victimes les chevaux depuis quelques mois en France, mais un premier cas de mutilation a été enregistré à Châtillon-sur-Indre il y a quelques jours. Blessé grièvement, le cheval présentait une entaille profonde.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Radio France - Alexandre Blanc

C'est le premier cas officiellement recensé dans l'Indre. Le parquet de Châteauroux a ouvert une enquête. A Châtillon-sur-Indre, un cheval a été retrouvé sérieusement blessé il y a quelques jours dans un champ. L'équidé présentait une "entaille profonde", une blessure grave qui heureusement n'a pas touché d'organes vitaux. Les enquêteurs ne souhaitent pas en dire plus pour l'instant sur la nature précise des blessures. A noter également, que contrairement à certaines des affaires similaires enregistrées ces derniers mois en France, le cheval blessé à Châtillon-sur-Indre n'a pas eu d'oreille coupée. 

Une psychose chez les propriétaires de chevaux

France Bleu Berry a eu la confirmation de cette information qui circulait depuis plusieurs jours sur les réseaux sociaux. Un nouvel acte de torture qui crée une véritable psychose chez les propriétaires des chevaux. Certains organisent des tours de garde la nuit pour protéger leurs animaux ou s'équipent en caméras de surveillance. La Gendarmerie de l'Indre est aussi bien sûr mobilisée sur cette affaire et contacte un à un les propriétaires pour établir une cartographie précise des lieux où se trouvent ces populations équines dans le département, et ce afin de mettre en place le cas échéant, des surveillances adaptées. Dans l'Indre, cette série noire a également réveillé une ancienne affaire, qui présente des similitudes troublantes. Une suspicion de mutilation à Ardentes a également provoqué une certaine émotion sur les réseaux sociaux, mais selon la gendarmerie de l'Indre, le vétérinaire qui a examiné l'animal parle "d'une blessure entre animaux sans équivoque ".

Mais qui en veut à ces animaux ? Groupe organisé ou mimétisme ?

Depuis le mois de février,plus d'une trentaine de chevaux, poneys ou ânes ont été ainsi mutilés, torturés en France. Alors qui en veut à ces animaux ? Pour quelles raisons ? S'agit t-il d'un groupe organisé ou d'un effet de mimétisme. Pour l'instant, difficile de répondre à ces questions. Seule certitude, les auteurs de ces actes de cruauté semblent bien connaitre les chevaux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess