Faits divers – Justice

Dijon : chiens, chats, lapin et tortue mal en point, le propriétaire relaxé

Par Faustine Mauerhan, France Bleu Bourgogne et France Bleu jeudi 20 avril 2017 à 12:44

Dans cette maison sale vivait un couple, des enfants, 5 chiens, 10 chats, un lapin et une tortue.
Dans cette maison sale vivait un couple, des enfants, 5 chiens, 10 chats, un lapin et une tortue. - Les Amis de Lewis

Un Dijonnais de 29 ans était jugé par le tribunal correctionnel ce jeudi matin pour actes de cruauté sur ses 5 chiens, 10 chats, une tortue et un lapin. Il a été relaxé.

"Je les ai recueillis et je me suis fait avoir", explique à la barre du tribunal correctionnel ce Dijonnais de 29 ans en jean et en basket, poursuivi, ce jeudi, pour acte de cruauté envers un animal. "Des amis voulaient les abandonner. Je préfère les prendre avec moi que les laisser dans un bois à se faire croquer par une bestiole ou culbuter par une voiture. Mais je reconnais, je me suis fait surpasser."

Effectivement, les photos prises par l'association Les Amis de Lewis le jour de la perquisition de police, le 25 mars 2016, le prouve. Mais le tribunal a estimé, comme la défense, que la volonté n'est pas assez caractérisée. Le propriétaire des animaux a été relaxé.

Cinq chiens, dix chats, un lapin et une tortue dans une hygiène déplorable

"En entrant chez vous, la police a trouvé une maison souillée d'excréments, rappelle la présidente du tribunal. A un point même qu'on se demande où les humains vivaient eux-mêmes. A l'intérieur, une tortue dans un bac d'eau pas changée et sans nourriture. Un lapin dans une cage trop petite sans eau ni nourriture. Quatre chatons et leur mère dans un panier, cinq autres chats à l'étage, deux autres chiens et enfin, fini de lire la juge, trois chiens dans une cave à l'odeur d'excréments très forte, dans le noir et dans l'humidité et qui n'avaient pas reçu de visite et donc de nourriture depuis trois semaines."

Les vétérinaires le confirmeront, les chiens sont pleins de puces, un chiot a une malformation, un autre une conjonctivite, une chienne a les dents très abîmés et à peu près tous souffrent d'une pyodermite.

"Il aurait même fait du mal à un poisson rouge"

— Me Daubrey, avocat de l'association Les Amis de Lewis

"On a coutume de dire que le chien est le meilleur ami de l'homme mais le prévenu n'est clairement pas le meilleur ami du chien !" résume l'avocate de l'association de défense animale. "Cet homme est une catastrophe, il aurait même fait du mal à un poisson rouge", termine Me Daubrey en demandant au tribunal d'interdire au prévenu de détenir des animaux.

Me Daubrey : "Ne pas abreuver, ne pas nourrir ses animaux, c'est des actes de cruauté."

Même demande de la procureur qui reconnaît quand même au propriétaire qu'il était très certainement animé de bonnes intentions à l'origine. "Il nous dit qu'il est le Robin des Bois des animaux, mais il ne sait pas s'en occuper". Elle requiert la confiscation de toutes les êtes et une interdiction de détention d'animaux pendant cinq ans.

"On ne peut pas condamner quelqu'un parce qu'il aime les animaux mais ne sait pas s'en occuper"

— Me Deguines-Frappat, avocate du prévenu

Les bonnes intentions, c'est aussi l'argument de la défense. "Il n'y a aucune volonté de faire du mal", plaide Me Deguines-Frappat pour son client. "Qu'il ne soit pas capable de s'occuper d'animaux c'est une évidence. On n'a pas la même conception de l'hygiène mais si le manque d'eau est un service, alors vous allez devoir condamner tous les adolescents qui ont un hamster... mais on ne peut pas condamner quelqu'un parce qu'il aime les animaux mais ne sait pas s'en occuper", conclut l'avocate en demandant la relaxe. Elle l'a donc obtenu.

Me Deguines-Frappat : "Mon client ne souhaitait pas faire de mal à ses animaux."