Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Chiffre du jour : sept hectares d'emprise pour la future prison d'Entraigues-sur-la-Sorgue

-
Par , France Bleu Vaucluse

L'enquête publique concernant la future prison d'Entraigues-sur-la-Sorgue (Vaucluse) démarre ce mercredi. Le chantier devrait débuter l'année prochaine. Le centre pénitentiaire sera construit sur sept hectares, sur la ZAC du Plan. L'établissement pourra accueillir 400 détenus à partir de 2024.

La future prison permettra de délester le centre pénitentiaire du Pontet
La future prison permettra de délester le centre pénitentiaire du Pontet © Radio France - Marc Bertrand

72.000 mètres carrés très exactement : c'est l'emprise de la future prison qui doit être construite à Entraigues-sur-la-Sorgue. Le projet est sur les rails depuis 2017, mais il entre dans une nouvelle phase ce mercredi, avec l'ouverture de l'enquête publique. Tous les citoyens peuvent faire part de leurs remarques sur le projet. Ils ont jusqu'au 17 mai pour consulter le dossier et faire remonter leurs observations, soit en se rendant directement à la mairie, soit en passant par le site de la préfecture.

400 détenus en 2024

La future prison sera construite sur la zone d'activité du Plan, à Entraigues. Le chantier pourrait démarrer l'année prochaine, pour une mise en service en 2024. L'établissement pénitentiaire pourrait accueillir à terme quelque 400 détenus et délester la prison du Pontet qui, avec ses 600 places, connait une surpopulation carcérale depuis des années.  

Vives oppositions

Mais le projet suscite de vives oppositions. Le maire d'Entraigues, Guy Moureau, regrette de n'avoir aucune marge de manœuvre : c'est l'État qui décide, et c'est l'Agence publique pour l'immobilier de la justice qui pilote. 

Et un collectif d'habitants s'élève contre le choix du site, qui conduirait "au bétonnage de terres agricoles". D'ailleurs, ce collectif s'oppose à l'extension globale de la ZAC.

La zone accueillerait, en plus de la prison, des entreprises agroalimentaires, un cimetière et une extension du centre d'enfouissement. Un ballet de camions en perspective, dont les riverains ne veulent pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess