Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

De lourdes peines de prison infligées aux membres d'un vaste trafic de drogues à Chilleurs-aux-bois

-
Par , France Bleu Orléans

Sept prévenus ont été jugés au tribunal correctionnel d'Orléans, mardi 13 avril, dans le cadre d'un gros trafic de stupéfiants. En octobre 2019, à la suite d'une longue enquête de la gendarmerie, deux tonnes de pollen de cannabis avaient été saisies dans la gare désaffectée de Chilleurs-aux-bois.

L'audience de jugement des sept prévenus, accusés dans le trafic de stupéfiants de Chilleurs-aux-bois, a duré une journée.
L'audience de jugement des sept prévenus, accusés dans le trafic de stupéfiants de Chilleurs-aux-bois, a duré une journée. © AFP - FRANK MOLTER

Ils ont écopé de 14 ans à 3 ans de prison et jusqu'à 10.000 € d'amende. Sept prévenus ont été jugés au tribunal correctionnel d'Orléans, mardi 13 janvier, dans le cadre d'une grosse affaire de trafic de stupéfiants. 

En octobre 2019, à la suite d'un renseignement anonyme, une enquête de la section de recherches (S.R) de la gendarmerie d'Orléans avait permis de découvrir deux tonnes de pollen de cannabis à l'ancienne gare de Chilleurs-aux-bois près de Pithiviers. Valeur du stock saisi : 4,5 millions d'euros en l'état, plus de 20 millions d'euros une fois conditionné pour la vente et écoulé au détail. 

Un trafic de stupéfiants organisé

Après un an et demi d'instruction, plus de 3.000 pages ont été versées au dossier. Il en ressort un fait grave selon le procureur de la République : la drogue saisie possède un taux de concentration en tétrahydrocannabinol (THC), une substance toxique à forte dose, bien supérieur à la moyenne. Autrement dit, les stupéfiants confisqués sont plus dangereux que ceux qui se dealent d'ordinaire. Ils sont susceptibles d'entraîner psychose, troubles de la vision, nausées, malaises et spasmes selon l'expert auditionné durant la procédure judiciaire.

Au centre du dossier, le cerveau présumé du trafic, âgé de 37 ans et déjà condamné à six ans de prison en 2012 dans une autre affaire de stupéfiants, dit ignorer ce détail sur la marchandise. Pour lui, la technique "c'est du chinois". Plusieurs avocats des autres prévenus, dont le plus jeune n'a que 23 ans, avancent également que leur client ne connaissait pas la qualité de la drogue saisie.

Il n'empêche, trois d'entre eux se sont vus infliger des peines de prison plus lourdes que celles requises par le procureur de la République.

Un jugement rendu en une journée 

Dans une si grosse affaire judiciaire, qui implique autant de prévenus et de lourdes peines de prison, il est important de prendre le temps d'aller "au fond du dossier" ont rappelé plusieurs avocats dans leur plaidoirie. Pour la majorité d'entre eux, comme Maître Naïma Nezlioui, dont le client est présumé cerveau de l'affaire, le dossier a été survolé.
"Il est incompréhensible qu'une saisie aussi importante, puisse faire l'objet d'une instruction en audience qui dure que deux heures et demie, avec seulement une matinée de débats, sans qu'on rentre dans les détails et sans qu'on recherche l'implication de chacun...", avance l'avocate au barreau de Paris. "Ce qui est vraiment important pour rendre une décision saine dans un tribunal ."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess