Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Choisy-le-Roi : la commune dit "NON" à la construction d'un établissement pénitentiaire

lundi 25 juin 2018 à 6:07 Par Bénédicte Robin, France Bleu Paris

La mairie de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) a lancé ce week-end une pétition contre un projet du gouvernement qui aurait repéré un des terrains de la commune pour y construire un établissement pénitentiaire. Rien n'est encore décidé, mais la ville préfère déjà lancer la contre-offensive.

La mairie de Choisy-le-Roi a lancé une pétition pour s'opposer à un projet de construction d'établissement pénitentiaire sur la commune
La mairie de Choisy-le-Roi a lancé une pétition pour s'opposer à un projet de construction d'établissement pénitentiaire sur la commune © Radio France - Bénédicte Robin

Choisy-le-Roi, France

A l'occasion des fêtes de la ville ce week-end, la mairie de Choisy-le-Roi (Val-de-Marne) a lancé une pétition pour dire "NON à la construction d'une prison" sur la commune. 

Le gouvernement a en effet pour objectif de construire six quartiers de préparation à la sortie (QPS) en Île-de-France et a de ce fait commencer à repérer des terrains pour accueillir ces établissements pénitentiaires destinés aux personnes condamnées à de courtes peines ou en fin de peines. Ces établissements sont de petites tailles (une centaine de places) pour permettre le travail et l'accompagnement des détenus en vue de leur réinsertion.

Les habitants aussi s'inquiètent de la possible implantation de cet établissement pénitentiaire dans leur commune - Radio France
Les habitants aussi s'inquiètent de la possible implantation de cet établissement pénitentiaire dans leur commune © Radio France - Bénédicte Robin

Rien n'est acté pour le moment

Pour l'instant, le gouvernement comme la préfecture précisent que le projet n'est pas finalisé, qu'il n'en est qu'à l'état d'étude mais l'idée elle-même inquiète déjà le maire (PCF) de Choisy-le-Roi. Pour Didier Guillaume, le terrain repéré par les services de l'état, sans concertation avec les élus locaux, n'est absolument pas adapté à la construction de ce type d'établissement.

Un établissement pénitentiaire en centre-ville

Ce terrain est en ZAC (zone d'aménagement concertée) et fait déjà l'objet de projets d'aménagements explique-t-il. Par ailleurs, "il est situé à côté d'un hôtel, d'une résidence étudiante et d'immeubles d'habitations familiaux" précise-t-il. Pour lui, ce choix "est donc absurde" et c'est la raison pour laquelle il a lancé cette pétition auprès des habitants de Choisy-le-Roi : "pour mettre la pression" dit-il sur le gouvernement.

Le terrain repéré par les services de l'Etat se situe à côté d'un hôtel et en face d'immeubles d'habitations - Radio France
Le terrain repéré par les services de l'Etat se situe à côté d'un hôtel et en face d'immeubles d'habitations © Radio France - Bénédicte Robin

600 signatures en deux jours

L'élu ajoute que le département du Val-de-Marne accueille déjà un établissement pénitentiaire : la prison de Fresnes et pour lui l'urgence sera plus de réhabiliter cet établissement plutôt que d'en construire un nouveau sur le même territoire.

La pétition est lancée jusqu'à la fin du mois d'août et disponible dans les structure municipales ainsi que sur internet où elle a recueilli plus de 600 signatures en deux jours.

La commune de Choisy-le-Roi n'est pas la seule à se mobiliser. Limeil-Brévannes (Val-de-Marne) à quelques kilomètres de là, est également concernée par ce projet. Un terrain a aussi été repéré par les services de l'Etat. La mairie organise le 1er juillet une mobilisation contre cette possible implantation.