Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Christiane Leveuf demande un rendez vous à la ministre de la santé

vendredi 25 octobre 2013 à 15:38 Par Eric Turpin, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Contaminée par une hépatite C lors d'une transfusion sanguine il y a 33 ans, Christiane Leveuf demande réparation à cause de l'aggravation de son état de santé. Après avoir campé pendant trois semaines devant l'Etablissement Français du sang, cette habitante de Bois-Guillaume est désormais stationnée devant le ministère de la santé et demande un rendez vous à Marisol Touraine.

Christiane Leveuf devant le ministère de la santé à Paris
Christiane Leveuf devant le ministère de la santé à Paris

« Je suis très fatiguée. Mais je tiens le coup » , assure Christiane Leveuf, d’une voix faible. « Je tiens parce que je ne veux pas lâcher » . Contaminée par le virus de l’hépatite C lors d’une transfusion sanguine en 1980, elle observe une grève de la faim depuis le lundi 30 septembre, pratiquement quatre semaines. 

Après avoir campé dans sa voiture pendant trois semaines devant l’Etablissement français du sang, rue de Châteaudun à Paris, elle est garée depuis le jeudi 24 octobre au matin devant le ministère de la santé, 14 avenue Duquesne dans le 7e arrondissement.

Christiane Leveuf veut rencontrer Marisol Touraine

Christiane Leveuf espère obtenir rapidement un rendez vous avec la ministre de la santé, Marisol Touraine pour qu’elle fasse pression sur Axa, l’assureur de l’Etablissement français du sang.

Après douze ans de bataille judiciaire, cette habitante de Bois-Guillaume a obtenu une indemnisation en 2007. Mais l’accord avec Axa prévoyait une réévaluation si son état de santé s’aggravait. Elle n’a rien obtenu jusqu’à présent. Et les jours passent.

Christiane Leveuf, 71 ans, ne s’alimente plus depuis presque quatre semaines. Elle dort dans sa voiture. « J'ai une couverture de survie car j’ai très froid. Il faut que je tienne», raconte-t-elle.

"Il fait très froid dans ma voiture la nuit mais il faut que je tienne"

« Je suis assise dans ma voiture ou je m’allonge un peu ». A l’intérieur, ses effets personnels, une trousse de médicaments, une bouteille d’eau et sur les vitres, des articles de presse et des petites affiches qui expliquent son combat contre Axa.

Maitre Méhana Mouhou estime que l’assureur n’a pas indemnisé sa cliente de tous ses préjudices. Christiane Leveuf a été licencié en 2000 à 55 ans à cause de son invalidité. Elle demande aujourd'hui une indemnisation supplémentaire.

« Cette dame a été indemnisée à la hauteur de ce qu’elle demandait », rétorque le porte parole d’Axa. « Elle a d’ailleurs déclaré dans la presse que l’indemnisation lui convenait ». Pour lui, Christiane Leveuf se trompe de cible.

La septuagénaire se trompe de cible selon Axa

Depuis le 1er juin 2010, c’est l’Office national d’indemnisation des accidents médicaux qui est compétent pour évaluer le préjudice. L’expert qui a examiné Christiane Leveuf a estimé qu’il n’y avait pas aggravation de son état de santé.

Il n’en reste pas moins que l’accord signé avec Axa en 2007 est antérieur à la création de cet organisme. Christiane Leveuf et son avocat, Maitre Méhana Mouhou, estiment que c’est à l’assureur de régler le dossier.