Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Christophe Castaner annonce le retrait "immédiat" d'une grenade controversée

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le ministre de l'Intérieur a annoncé ce dimanche la fin de l'utilisation des grenades lacrymogène de type GLI-F4 par les forces de l'ordre. Plusieurs manifestants ont eu la main arrachée alors qu'ils avaient ramassé cette arme, une annonce jugée "symbolique" par un syndicat policier.

Les grenades GLI-F4 ont causé de graves blessures lors de leur utilisation dans le maintien de l'ordre.
Les grenades GLI-F4 ont causé de graves blessures lors de leur utilisation dans le maintien de l'ordre. © Maxppp - Guillaume Horcajuelo

Christophe Castaner a annoncé ce dimanche le retrait "immédiat" d'une grenade lacrymogène controversée, la GLI-F4. Ce type de grenade est régulièrement accusé de provoquer de graves blessures chez des manifestants.  

Cette petite grenade (17,8 cm de hauteur, 5,6 cm de diamètre, 190 g) a un triple effet lacrymogène, sonore (forte détonation) et de souffle, sa dangerosité réside dans son caractère explosif . A Notre-Dame-des-Landes ou lors des manifestations de "gilets jaunes", des manifestants ont eu la main arrachée alors qu'ils avaient ramassé cette arme qui faisait l'objet de nombreuses controverses.

Une exception française 

"Elles n'ont pas une couleur, elles n'ont pas un signalement spécifique et il est arrivé, il y a plusieurs mois, que des policiers soient obligés de les utiliser pour se désengager d'une menace et que des manifestants les prenant volontairement en main se blessent gravement. C'est la raison pour laquelle je pense qu'il nous faut retirer les GLI-F4", a déclaré le ministre de l'Intérieur sur France 3.  

Cette annonce surprise quoique symbolique anticipe les conclusions du futur schéma national du maintien de l'ordre qui sont attendues dans les prochaines semaines, selon l'entourage de Christophe Castaner. Deux sources sécuritaires ont précisé que les stocks de GLI-F4 étaient en voie d'épuisement, notamment chez les gendarmes mobiles et les CRS. "

"C'est une décision nécessaire mais beaucoup trop tardive. Des blessures auraient pu être évitées s'il avait pris cette décision à temps", a commenté l'avocat Raphaël Kempf, qui défend plusieurs "gilets jaunes". Selon un rapport de la police cité par le Défenseur des droits, "la France est le seul pays d'Europe à continuer d'employer des munitions explosives" dans le maintien de l'ordre face à des manifestants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu