Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Chute dans le quartier du Grand Parc à Bordeaux : le compagnon remis en liberté

mardi 19 août 2014 à 18:43 Par Florence Pérusin, France Bleu Gironde

Après la chute du 7e étage d'une jeune femme de 24 ans, lundi matin dans ce quartier Nord de Bordeaux, les enquêteurs ont finalement levé mardi soir la garde à vue de son compagnon pour absence d'éléments graves et concordants permettant d'imputer sa responsabilité. Mais cet homme de 41 ans d'origine polonaise n'est pas complètement mis hors de cause pour autant.

Le quartier du Grand Parc à Bordeaux
Le quartier du Grand Parc à Bordeaux © Maxppp

Même si devant les enquêteurs, depuis le début de sa garde à vue lundi matin, il a fermement nié toute implication directe dans la chute de sa compagne, l'homme a tout de même reconnu une "divergence de conception des modes de vie" avec sa compagne de 24 ans désireuse de sortir plus souvent qu'ils ne le faisaient.

Séquestration ou emprise psychologique ?

Il affirme qu'il en était uniquement resté à une interdiction verbale de sortir et que la porte était fermée par plusieurs verrous la nuit du drame, mais que sa compagne n'était pas séquestrée. L'enquête préliminaire qui se poursuit devra le confirmer, car la jeune femme mère d'un enfant en bas âge, a manifestement estimé dans la nuit de dimanche à lundi qu'elle ne pouvait pas sortir par la porte.

"C'est une affaire compliquée, nous n'avons aucun élément probant permettant d'imputer la responsabilité du compagnon pour l'instant." — Olivier Etienne, procureur adjoint de Bordeaux

Fuyait-elle quelque chose ? Ou voulait-elle simplement sortir comme il l'affirme ? L'autopsie pratiquée hier n'a pas revelé de traces de lutte sur le corps de la victime. Elle a aussi confirmé la cause de la mort : multiples fractures consécutives à une chute de près de 20 mètres.