Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Chute mortelle pour un alpiniste lituanien dans le massif du Mont-Blanc

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Mardi en fin d’après-midi dans le massif du Mont-Blanc, un alpiniste originaire de Lituanie est décédé après avoir chuté de plus de 40 mètres. L’accident s’est déroulé dans le secteur de la pyramide du Tacul à plus de 3 000 m d’altitude.

Un alpiniste lituanien s'est tué ce mardi dans la massif du Mont-Blanc.
Un alpiniste lituanien s'est tué ce mardi dans la massif du Mont-Blanc. © Radio France - Richard Vivion

Haute-Savoie, France

Ce sont des témoins de l’accident qui ont donné l’alerte. Mardi vers 17h30, un alpiniste lituanien a fait une chute mortelle de plus de quarante mètres dans une rimaye (un trou situé entre la glace et la roche). L’accident s’est produit sur l’arête Est de la pyramide du Tacul à 3 300 mètres d’altitude. La victime, âgée de 38 ans, est décédée avant l’arrivée du PGHM de Chamonix. L’opération de secours a été rendue compliquée par les mauvaises conditions météo sur le massif du Mont-Blanc. 

Un autre alpiniste blessé

Deux autres alpinistes lituaniens accompagnaient la victime. L’un deux est également tombé dans la rimaye mais a pu être secouru. Il a été évacué sur le centre hospitalier de Sallanches. La troisième personne, une jeune femme saine et sauve, a été prise en charge par les gendarmes de haute-montagne. Au moment de la chute, le groupe n’était pas encordé. Le PGHM de Chamonix a ouvert une enquête.