Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

EN IMAGES - Charente : quand le cimetière de Segonzac devient le "Quartier Lapin"

mercredi 1 novembre 2017 à 6:02 Par Pierre Marsat, France Bleu La Rochelle

Le cimetière municipal de Segonzac, en Charente, est infesté de lapins. Leurs dégâts sont considérables : non seulement ils mangent les potées de chrysanthèmes déposées sur les tombes, mais ils sont aussi dangereux en creusant des terriers dans le sol ou sous les sépultures.

Des lapins comme celui-ci il y en a beaucoup à Segonzac ; des fleurs, beaucoup moins !
Des lapins comme celui-ci il y en a beaucoup à Segonzac ; des fleurs, beaucoup moins ! © Maxppp - Clément Philippe

Segonzac, France

Le cimetière de Segonzac, à l'entrée du village, est entouré par le vignoble charentais. C'est donc un lieu naturel où les lapins ne connaissent pas les frontières que sont les murs. Les viticulteurs et les propriétaires terriens de Grande-Champagne, l'un des principaux crus du cognac, connaissent bien le problème des lapins qui dévorent leurs cultures. Dans un lieu sensible comme un cimetière, c'est un véritable fléau : des potées de chrysanthèmes déposées sur les tombes, il ne reste bientôt que les tiges. Plus grave : ils creusent leurs terriers un peu partout, ce qui affaiblit les sols. Les trous ainsi créés sont régulièrement rebouchés par les agents municipaux, mais les lapins reviennent et créent de nouveaux terriers.

Des terriers creusés sous les tombes - Radio France
Des terriers creusés sous les tombes © Radio France - Pierre Marsat

Des fleurs en plastique plutôt que des naturelles... trop vite dévorées par les lapins

Les sols sont fragilisés par ces grands trous, et l'accident est toujours possible, surtout pour les personnes âgées qui fréquentent le plus le cimetière. Les fleurs naturelles sont dévorées par les lapins, et les familles sont souvent obligées de les remplacer par des fleurs artificielles ou en plastique. Francine a trouvé la solution : elle dépose les pots de fleurs en hauteur, sur le rebord de la tombe, pas à même le sol.

Les pelouses entre les sépultures sont aussi creusées par les lapins - Radio France
Les pelouses entre les sépultures sont aussi creusées par les lapins © Radio France - Pierre Marsat

Des furets pour chasser les lapins

Alors que faire pour empêcher les lapins de venir dans le cimetière de Segonzac ? André aimerait bien pouvoir chasser, mais c'est hors de question dans ce lieu de recueillement. Josette, qui reconnaît "ne pas être charitable", aimerait bien qu'on trouve "quelque chose qu'ils mangent pour qu'ils ne mangent pas autre chose". Mais la mairie se refuse, bien sûr, à utiliser du poison, qui serait aussi nuisible pour les chiens et pour la nappe phréatique. Reste le piégeage, et l'association des chasseurs de la commune utilise des furets pour débusquer les lapins malins, qui seront piégés, puis relâchés dans un autre lieu, à moins qu'ils ne soient détruits s'ils sont jugés trop nuisibles dans la commune.

De gros dégâts pour les tombes - Radio France
De gros dégâts pour les tombes © Radio France - Pierre Marsat

C'est le maire de Segonzac qui signe les formulaires d'autorisation de prélèvement. Le dernier en date a eu lieu le 13 octobre dernier. Mais ces captures ne suffisent pas à endiguer le nombre important de lapins.

Le cimetière de Segonzac est très arboré et entouré de vignes, où pullulent les lapins - Radio France
Le cimetière de Segonzac est très arboré et entouré de vignes, où pullulent les lapins © Radio France - Pierre Marsat

A La Rochelle, au cimetière de Mireuil, on a aussi connu ce problème en 2010... La ville avait tenté les furets, mais ils s'étaient senti très bien dans le cimetière, ils n'étaient jamais revenus. Un chasseur avait dû intervenir. Il n'y a plus de problème de prolifération aujourd'hui.