Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cinq à huit ans de prison pour les braqueurs du Leclerc de Rivery

jeudi 13 septembre 2018 à 0:09 Par Clémence Gourdon Negrini, France Bleu Picardie

Quatre braqueurs, originaires de banlieue parisienne et âgés de 25 à 36 ans ont été condamnés ce mercredi soir par le tribunal d'Amiens. En avril dernier, ils avaient braqué le supermarché Leclerc de Rivery, au nord d'Amiens, et étaient repartis avec un butin de 106.000 euros.

Le magasin Leclerc de Rivery,  au nord d'Amiens, a été braqué le 25 avril dernier
Le magasin Leclerc de Rivery, au nord d'Amiens, a été braqué le 25 avril dernier © Maxppp - Sebastien Jarry

Rivery, France

Les quatre braqueurs du Leclerc de Rivery (Somme) écopent de cinq à huit ans d'emprisonnement. En avril dernier ils avaient braqué le supermarché et étaient reparti avec un butin de 106.000 euros. Après trois mois d'enquête et des centaines d'heures de vidéos visionnées par la police d'Amiens, ils avaient finalement été retrouvés. 

L'audience a duré près de six heures au tribunal d'Amiens ce mercredi soir. Dans le calme, les quatre prévenus se sont exprimés, souvent pour s'excuser auprès des parties civiles. Trois étaient présentes : les caissières, encore traumatisées par le braquage. L'une d'entre elles pleure ou s'agace des prises de paroles des prévenus depuis le box. 

Il n'y a pas de prix pour la douleur qu'elles ont subi le jour des faits et qu'elles subiront encore demain. Les difficultés de santé sont toujours là. Angoisses, insomnies, etc." - L'avocate des parties civiles.

Les braqueurs ont également été condamnés à verser 4.000 euros à chacune d'entre elles, pour le préjudice moral qui leur a été causé. Pendant l'audience, celle qui a été contrainte d'ouvrir le coffre le 25 avril dernier s'est adressée directement à l'un des braqueurs : "J'ai des problèmes cardiaques. Est-ce que vous vous rendez compte que ça aurait pu se terminer très mal ?". Le principal intéressé précise que l'arme utilisée pendant le braquage était factice. "Peu importe" s'agacent la procureure et l'avocate des parties civiles, le traumatisme, lui, est bien réel. 

Un cinquième homme ?

Très vite la discussion tourne autour d'un cinquième homme. Aucun des prévenus ne donne son nom, seulement des initiales : H.K. Mais tous rejettent la responsabilité sur lui : il aurait volé la voiture qui a servi pendant le braquage, programmé l'opération et même récupéré une partie du butin.

La question s'éternise mais l'audience n'en dévoile finalement pas plus sur ce mystérieux personnage. La procureure estime alors que les quatre prévenus ont la même responsabilité dans l'affaire. "Il n'y a pas de chef de bande", seulement quatre hommes qui expliquent avoir eu des problèmes d'argent, des crédits à rembourser ou des dettes de jeux, et se défendent en exprimant leurs regrets. Mais trois d'entre eux ont un casier bien rempli et ont déjà comparu aux assises pour des faits similaires. Le quatrième homme, le plus jeune, a également un casier, plus léger. C'est ce qui lui vaut d'écoper de la plus légère peine, cinq ans de détention. 

La procureure avait requis dix ans d'emprisonnement. Ce sera finalement entre cinq et huit, principalement répartis en fonction des antécédents des quatre hommes. A la sortie du tribunal, avocats des parties civiles et des condamnés estiment que les peines prononcées sont justes.