Faits divers – Justice

Cinq ans après le naufrage du Costa Concordia, "impossible de tourner cette page" pour Geneviève

Par Charlotte Coutard et Christelle Marquès, France Bleu Provence vendredi 13 janvier 2017 à 9:21

Le naufrage du Costa Concordia au large de l'île du Giglio en Italie.
Le naufrage du Costa Concordia au large de l'île du Giglio en Italie. © Maxppp - Maxppp

Cinq ans jour pour jour après le naufrage du Costa Concordia, le traumatisme est toujours très présent pour les rescapés et les familles de victimes.

C'était il y a cinq ans jour pour jour, le naufrage du Costa Concordia au large de l'île du Giglio en Italie. Ce naufrage avait fait 32 morts, et 4200 rescapés, dont 450 Français. Cinq ans après, le traumatisme est toujours présent.

"Je ne suis jamais repartie en vacances" (Geneviève).

Geneviève, par exemple, était sur le bateau ce 13 janvier 2012. Cette croisière était une première, et son compagnon venait de la demander en mariage. C'était en quelque sorte leur lune de miel. Une croisière qui a tourné au cauchemar pour cette parisienne, représentée par un avocat toulonnais, qui depuis, a du mal à s'en remettre.

Elle explique que pour elle, il est "impossible de tourner cette page. J'ai toujours certaines angoisses, je ne suis jamais repartie en vacances, je n'ai jamais repris les transports".

Les passagers n'ont pas pu récupérer leurs effets personnels

Le commandant du navire, Francesco Schettino, a été condamné en appel à 16 ans de prison. Geneviève a été indemnisée par Costa à hauteur de 7 000 euros pour elle, une somme identique pour son mari. Mais elle n'a toujours pas pu récupérer ses affaires, laissées dans le coffre de sa cabine.

"Ça parait insignifiant, mais c'est énorme" (Geneviève).

"On ne peut pas comprendre pourquoi on ne peut pas nous rendre les effets personnels qui se trouvaient dans les coffres", explique Geneviève, "moi j'avais l'alliance de mon papa qui est décédé, avec une chaîne. Ça parait insignifiant, mais c'est énorme".

Cinq ans après, Geneviève se dit encore "outrée et en colère". Pour elle, Costa n'a eu "aucune considération" pour les victimes. "On a été abandonnés par notre capitaine le jour du naufrage, mais Costa continue d'abandonner les victimes. On nous dépouille de tout, et les gouvernements continuent d'abandonner les victimes y compris la France".

Geneviève, l'une des rescapées du naufrage du Costa Concordia.

A ECOUTER AUSSI | L'interview de Maître Frédéric Casanova, avocat au barreau de Toulon

Maître Frédéric Casanova, avocat toulonnais d'une cinquantaine de victimes du Costa Concordia.