Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cinq ans après, il y aura un procès de l'accident mortel de télésiège à Gourette

vendredi 1 juin 2018 à 17:14 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque et France Bleu

Le 22 décembre 2012, Louis, 18 ans, qui vivait à Lons a glissé de son télésiège. Il a fait une chute de 15 mètres sur des rochers. Après plus de cinq ans d'enquête, le juge d'instruction a décidé de poursuivre l'EPSA pour homicide involontaire.

La station de ski de Gourette (archive)
La station de ski de Gourette (archive) © Radio France - Marie-Line Napias

Gourette, Eaux-Bonnes, France

Il y aura un procès dans l'affaire de l'accident mortel du télésiège de Gourette. Le 22 décembre 2012, un lonsois de 18 ans est tombé du télésiège des fontaines de cotch.  Une chute de 15 mètres sur des rochers. Le jeune Louis est décédé deux jours plus tard à l'hôpital, le 24 décembre. Une enquête a été ouverte, qui débouche donc plus de 5 ans après sur une cette ordonnance de renvoi : l'EPSA, l'Etablissement Publique des Stations d'Altitude, qui gère la station de Gourette, sera jugé devant le tribunal correctionnel pour homicide involontaire.

Pas de personne physique responsable

C'est l'institution qui est poursuivie, en qualité de "personne morale". Il n'y aura pas de personne physique sur le banc des accusés. Il a été procédé a beaucoup d'expertises dans ce dossier très technique. On a même fait une reconstitution du drame. L'institution judiciaire a beaucoup hésité dans cette affaire. Elle a longtemps envisagé le non lieu parce que le matériel était correctement entretenu et le personnel présent n'a pas été négligent ce jour là.  Mais le BEA, le Bureau Enquête Accident, la reconstitution et les témoignages ont pu établir que Louis n'a pas été imprudent. Le juge d'instruction a donc décidé de poursuivre l'EPSA, considérant que le personnel n'était peut-être pas suffisamment formé sur la conduite à tenir en cas d'accident grave. Louis est resté au dessus du vide, une manœuvre adaptée aurait peut-être permis de lui éviter cette chute de 15 mètres sur des rochers. Le procès portera sur cette question là principalement.

Les dates du procès ne sont pas encore fixées. Il faudra sans doute attendre 2019.