Faits divers – Justice

Cinq membres d'une famille du Cantal parmi les victimes du crash du vol d’Air Algérie

Par Géraldine Marcon et Emmanuel Moreau, France Bleu Pays d'Auvergne vendredi 25 juillet 2014 à 18:50

L'armée française a publié des photos de la zone du crash.
L'armée française a publié des photos de la zone du crash. © Maxppp

Parmi les 54 victimes françaises du crash du vol AH5015 qui s'est écrasé ce jeudi dans l'est du Mali se trouve une famille du Cantal. Bruno Cailleret, Caroline Boisnard et leurs deux enfants de 11 et 15 ans habitaient dans le village de Menet et font partie des 118 personnes disparues dans cette catastrophe aérienne.

Alors que l’épave du vol AH5015 qui s’est écrasé dans la nuit de jeudi à vendredi a été localisée, on en sait un peu plus sur les victimes de ce drame. Parmi les 118 passagers qui effectuaient ce vol entre Ouagadougou et Alger se trouvait notamment une famille du Cantal. Bruno Cailleret, Caroline Boisnard et leurs deux enfants vivaient dans le village de Menet.

Ce vendredi, dans cette commune de 560 habitants, l’émotion est forte. Les quatre membres de la famille étaient sur ce vol, accompagnés de la grand-mère maternelle qui vivait dans le Gard. Ils venaient de passer deux semaines de vacances au Burkina Faso, où réside un de leurs oncles. Les proches des victimes seront reçus samedi au Quai d'Orsay mais ce vendredi, la nouvelle de leur disparition a traumatisé le village.

AVION MENET SON 1

Le concert de ce vendredi en hommage aux victimes de Menet

La soeur de Bruno Cailleret habite elle aussi le village de Menet. Elle a souhaité que le concert prévu ce vendredi soir  ait lieu malgré tout en hommage aux victimes. Il est organisé par l'association des nuits musicales de Menet à laquelle appartenait Bruno Cailleret. Le village réfléchit maintenant à la manière de rendre hommage à la famille disparue. Ce drame touche également une autre commune du cantal, Ally. La famille creusoise elle aussi décimée dans ce crash était originaire du village auvergnat et le grand-père y vit toujours.

Sur le lieu du crash, des soldats français sont arrivés pour sécuriser la zone et recueillir les corps. La priorité est maintenant de déterminer les causes de ce drame pour apporter des réponse aux familles endeuillées.