Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cinq mois de prison avec sursis pour une fausse alerte attentat à Reims

lundi 25 juillet 2016 à 18:47 Par Martin Bourdin, France Bleu Champagne-Ardenne

Un Rémois de 43 ans était jugé ce lundi pour avoir diffusé une fausse alerte attentat, le 22 juillet dernier. Le tribunal correctionnel de Reims le condamne à cinq mois de prison avec sursis et 140 heures de travaux d’intérêt général.

La salle d'audience du tribunal de Coutances
La salle d'audience du tribunal de Coutances © Radio France - Lucie Thuillet

Un Rémois âgé de 43 ans a été condamné hier à 5 mois de prison avec sursis pour avoir diffusé vendredi 22 juillet une fausse alerte attentat. Son appel au journal L’Union vendredi soir, une semaine après l’attaque de Nice, avait provoqué un énorme déploiement militaire à Reims et Châlons-en-Champagne. Ce Rémois de 43 ans disait qu’un attentat allait avoir lieu dans une mosquée, sans préciser laquelle. De nombreux gendarmes et militaires de l’opération Sentinelle ont alors pris place devant ces lieux de culte de la Marne.

Il a mis en danger la société -- le procureur de la république de Reims 

Tout ça pour rien, au final. Sauf que cette concentration de moyens aurait pu s’avérer catastrophique, toutes les forces de l’ordre étant mobilisées dans certains endroits. « Il ne s’agit pas de faire de cet homme un exemple, mais il ne faut pas que cela donne des idées à d’autres. Il a mis en danger la société », a expliqué le procureur de la République de Reims dans ses réquisitions.

C’est d’ailleurs pour réparer cette faute que le tribunal a décidé de le condamner, en plus des cinq mois de prison avec sursis, à 140 heures de travaux d’intérêt général.