Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cinq morts dans un appartement à Pau : ce que l'on sait

mardi 10 juillet 2018 à 17:34 Par Oanna Favennec, France Bleu Béarn, France Bleu Pays Basque et France Bleu

Cinq personnes ont été retrouvées mortes ce mardi matin par les pompiers dans un appartement de la rue Richelieu de Pau : un petit garçon de 2 ans, ses parents, ainsi que de ses grand-parents maternels. Ce mardi soir, la procureur de la République dit "envisager la piste du drame familial".

Les cinq membres de la famille ont été retrouvés au premier étage de cette résidence de la rue Richelieu à Pau
Les cinq membres de la famille ont été retrouvés au premier étage de cette résidence de la rue Richelieu à Pau © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Ce mardi matin, à 6h40, les pompiers ont été appelés par le résident d'un immeuble évoquant un incendie à la résidence Richelieu à Pau, près de la place Peyroulet. Dans l'appartement fermé de l'intérieur, ils ont trouvé les corps sans vie de cinq personnes, membres d'une même famille : un enfant de 2 ans, ses parents, ainsi que ses grand-parents maternels.  Il y avait beaucoup de sang. Une des victimes, la mère de famille, était bâillonnée et ligotée, de l'adhésif autour du cou. Elle a été retrouvée dans la salle de bain, dans la baignoire. Ses parents gisaient dans une chambre.

Le parquet de Pau précise ce mardi en fin de journée dans un communiqué : "Les deux victimes les plus âgées présentaient des blessures au crâne pouvant avoir été réalisées par un objet contondant. Le deuxième homme présentait des traces d'entaille sur les deux poignets. La compagne de ce dernier et leur enfant âgé de deux ans ne présentaient pas de traces de coups apparents pouvant expliquer la mort." Une autopsie des corps de cette famille doit être pratiquée dans les prochains jours.

Le scénario probable du drame

"Les premiers éléments permettent d'envisager la piste du drame familial, une dispute semblant être survenue un peu plus tôt en fin de nuit, d'après une première enquête d'environnement", précise encore le communiqué. Les traces de sang laissent penser à une scène d'une très grande violence. Tout porte à croire que l'homme a tué ses beaux-parents, ainsi que sa compagne, avant de mettre le feu et de se suicider en s'ouvrant les veines. 

Une voisine explique qu'elle a entendu une "grosse grosse dispute" aux alentours de cinq heures du matin ce mardi, la femme et l'enfant de 2 ans crier. Puis les cris se sont tus, le calme est revenu, et cette voisine s'est rendormie jusqu'à l'évacuation des 27 habitants de l'immeuble par les pompiers.

Qui sont les victimes ?

L'homme avait 32 ans, il était de nationalité marocaine. Sa compagne, de nationalité espagnole, enseignait sa langue maternelle en tant que professeur-stagiaire au collège de la Hourquie à Morlàas, et avait 36 ans. Leur petit garçon avait 2 ans. Ses deux grand-parents, les parents de la femme, étaient venus de Saragosse en visite. Une voisine a précisé que le couple habitait au premier étage de cet immeuble de Pau depuis environs un an, et que la mère de famille lui avait confié être mutée à la rentrée dans une autre ville, information confirmée par le procureur de la République. Une autre voisine précise que les cris étaient fréquents chez le couple. 

Le communiqué du procureur de la République de Pau