Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cinq morts dans une maison de retraite de Lherm en Haute-Garonne : ce que l’on sait

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

Cinq résidents d’une maison de retraite de Lherm en Haute-Garonne sont décédés des suites d’une probable intoxication alimentaire qui a touché 20 personnes ce dimanche soir. On fait le point sur ce que l’on sait ce lundi en fin de journée.

La maison de retraite ce lundi matin.
La maison de retraite ce lundi matin. © AFP - Eric Cabanis

Lherm, France

20 personnes âgées de l’Ehpad privé "La Chêneraie" de Lherm, en Haute-Garonne (à une trentaine de kilomètres au sud de Toulouse), ont été affectées par une probable intoxication alimentaire ce dimanche soir. On revient sur les informations à notre disposition ce lundi, point par point. 

Les victimes

Cinq personnes sont mortes : quatre femmes et un homme, âgés de 76 à 95 ans, selon l’AFP. L’une d’elles, Antoinette, âgée de 93 ans, était atteinte de la maladie d’Alzheimer. En début d’après-midi, 12 résidents restaient en observation à l’hôpital, sans que leur pronostic vital soit engagé, trois autres ayant pu revenir à la Chêneraie. Il y a 20 personnes intoxiquées au total, selon l’ARS, l’Agence régionale de santé. On a appris la mort de la dernière victime ce lundi matin.

Les symptômes d’une intoxication alimentaire

À partir de 19h40, soit peu de temps après le repas, 20 résidents ont présenté des signes laissant supposer une grave intoxication alimentaire : Marie-Paule Demiguel, la sous-préfète de Haute-Garonne, de permanence ce lundi matin, a parlé notamment de vomissements. Une autopsie des victimes doit être pratiquée.

L’enquête

Une enquête pour "homicides involontaires et blessures involontaires" a été ouverte par le parquet de Toulouse. Le procureur précise que les victimes ont été ou seront autopsiées dans les prochaines heures mais que les investigations sont trop complexes pour pouvoir analyser leurs résultats dès maintenant.  L’ARS a précisé que "les repas témoins ont été mis sous séquestre et conservés dans l’attente de l’intervention de la Direction départementale de la protection des population". Les chambres des victimes ainsi que les cuisines ont été fermées. Mais l’établissement reste ouvert. 

Fabriqués sur place ?

Cette enquête devra notamment déterminer si les repas étaient fabriqués sur place. C’est ce qu’affirme notamment Korian, le groupe qui possède La Chêneraie dans un communiqué diffusé en début d'après-midi : "L’établissement, qui fait partie du Groupe Oméga, repris par le groupe Korian le 18 février dernier, produit les repas sur place avec ses propres équipes de cuisine. Le dernier contrôle réglementaire d’hygiène périodique, réalisé par un bureau d’étude externe, avait eu lieu le 12 février 2019. Les résultats de ce contrôle étaient conformes." 

Les doutes des familles 

Alain Lapeyre, le fils d’Antoinette, 93 ans, décédée dans la nuit, affirme que le médecin traitant de l’établissement lui avait appris que le repas incriminé avait été livré dimanche soir de l’extérieur. L’information a été confirmée par un autre proche de pensionnaire de l’établissement. 

Le manque de personnel

Toujours selon Alain Lapeyre, de Saubens, décidé à porter plainte après le décès de sa mère, l’établissement manquait de personnel : "Je reconnais que cette maison de retraite se dégradait", affirmait-il en fin de matinée à France Bleu Occitanie. La maison de retraite a été ouverte en 2006, et héberge 82 résidents, dont 17 personnes en "unité protégée" (Maladie d'Alzheimer et apparentées).

Choix de la station

France Bleu