Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cinq sans papiers placés en centre de rétention après leur arrestation ce dimanche à Calais

dimanche 8 juillet 2018 à 19:19 Par Maxime Fayolle, France Bleu Nord et France Bleu

Des sans-papiers issus d'un collectif ont été arrêtés à Calais ce dimanche matin alors qu'ils souhaitaient passer en Angleterre avec La Marche des migrants. Parmi eux, cinq ont été placés en centre de rétention administrative.

Le centre de rétention administrative de Coquelles
Le centre de rétention administrative de Coquelles © Maxppp -

Coquelles, France

Leur démarche était symbolique. Plus d'une vingtaine de personnes issues du collectif sans-papiers de Paris sont venus à Calais aujourd'hui pour participer à la dernière étape de La Marche des migrants. Partie de Vintimille le 30 avril, elle a fait plus de 60 étapes dans toute la France et terminait son parcours à Londres, ce dimanche. Ils ont été arrêtés par la police à la frontière franco-britannique.

Détention à la police aux frontières de Coquelles

Au total, 24 personnes ont été interpellées dans un bus. Lors d'un premier contrôle, cinq ont pu fournir des papiers en situation régulière. Ce sont donc 19 personnes qui ont été emmenées à la police aux frontières de Coquelles. Parmi elles, le responsable du collectif. Il a pu présenter son passeport français aux autorités.

Sur les 18 personnes restantes, originaires du Sénégal, du Mali et du Niger principalement, 12 ont fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire français (parmi elles, 5 sont même placées en centre de rétention administrative). Les 6 dernières ont été relâchées et leurs dossiers classés sans suite car ils avaient entrepris les procédures nécessaires afin de régulariser leur situation. La préfecture précise que la procédure habituelle a été respectée et que chaque cas a donné lieu à un examen individuel, ce qui a nécessité plus de 10h d'attente au centre de Coquelles.