Faits divers – Justice

Clamart : affaire d'espionnage politique dans la ville ?

Par Fanny Lechevestrier, France Bleu Paris Région mercredi 18 février 2015 à 6:00

L'un des 55 PV de la police municipale de Clamart attestant de la surveillance de la permanence UMP en 2012
L'un des 55 PV de la police municipale de Clamart attestant de la surveillance de la permanence UMP en 2012 © Radio France / photo Sylvain Tronchet

La police municipale de Clamart a-t-elle servi à espionner les opposants politiques de l'ancien maire socialiste? C'est en tout cas ce que soupçonne le nouveau maire, l'UMP Jean-Didier Berger. La ville s'apprête d'ailleurs à porter plainte : Philippe Kaltenbach dément en bloc et parle de manipulation, le tout sur fond de règlement de comptes.

C'est une affaire peu banale qui se déroule en ce moment même à Clamart , dans les Hauts-de-Seine. Le nouveau maire de la ville, l'UMP Jean-Didier Berger, élu en mars 2014, vient de mettre la main sur des documents pour le moins curieux : il est tombé sur 55 PV dressés par la police municipale entre 2011 et 2012, des PV tous sont consacrés à la surveillance du local UMP de la ville. Reste aujourd'hui à déterminer pourquoi une telle surveillance. L'ancien maire, le sénateur socialiste Philippe Kaltenbach, crie à la manipulation. L'affaire pourrait se finir devant les tribunaux.

180 passages devant le local UMP, 55 PV de surveillance dressés en 9 mois

55 procès verbaux, 55 rapports rédigés par la police municipale comme celui que vous pouvez voir ci-dessus et qui montrent qu'en 9 mois, entre 2011 et 2012, les policiers de Clamart ont surveillé plus de 180 fois la permanence UMP de Jean-Didier Berger. Dans ces PV que notre journaliste Sylvain Tronchet a pu consulter, les agents municipaux y indiquaient si le local était ouvert ou fermé lors de leur passage, combien de personnes s'y trouvaient et à chaque fois, ils écrivent agir conformément aux instructions reçues.

P Surveillance politique à Clamart ?

Alors, affaire d'espionnage politique? Ce sont en tout cas les soupçons de l'actuel maire de Clamart. Ou réglement de comptes ? L'ancien maire explique que si les policiers passaient si souvent devant le local UMP, c'est parce que son enseigne n'était pas réglementaire. 

E Surveillance politique à Clamart ?

La mairie de Clamart a indiqué qu'elle allait porter plainte. L'affaire pourrait donc se régler devant les tribunaux.