Faits divers – Justice

Claude Chossat, ancien membre de la Brise de mer : "Je ne suis ni un saint ni un assassin"

Par Patrick Vinciguerra, France Bleu RCFM et France Bleu mardi 19 septembre 2017 à 18:41 Mis à jour le mardi 19 septembre 2017 à 22:17

Claude Chossat parle...
Claude Chossat parle... © Radio France

Ancien membre du courant corse de la Brise de mer, Claude Chossat raconte dans "Repenti", un livre à paraître le 20 septembre (Fayard), son parcours aux côtés de Francis Mariani jusqu'au jour où il choisit de parler aux policiers et aux juges. Paroles de repenti.

"L'histoire que je vais vous raconter n'est pas une belle histoire, mais c'est celle de ma vie. C'est aussi un bout de celle de la Corse et de sa gangrène mafieuse". Ce sont les premiers mots du livre de Claude Chossat. Les premiers mots d'un récit jonché de cadavres et de fantômes, un voyage au bout de l'horreur, parfois insoutenable comme l'exécution de cet homme écartelé par deux voitures. Glaçant. Claude Chossat raconte, de l'intérieur, la Brise de mer, "le cœur de la mafia, le racket, les assassinats crapuleux, un empire, écrit-il, bâti sur l'argent du crime et l'attraction du pouvoir, une violence sans limites".

Le chapitre s'intitule "dans la roue du Diable", le diable qui lui aurait confessé 54 homicides

L'auteur évoque tout d'abord son enfance, heureuse, à Cuttoli, puis ses premiers pas dans la délinquance ("un petit vol à main armé, puis, 2, puis 10, puis 20")... et dans la foulée sa rencontre avec Françis Mariani à la prison de Borgu. La naissance d'une amitié sur fond de passion commune pour les sports mécaniques. Claude Chossat devient son chauffeur, son garde du corps aussi. Le chapitre s'intitule "dans la roue du Diable", le diable qui lui aurait confessé 54 homicides. Dont celui de Richard Casanova en avril 2008. C'est un moment clé du livre, là où tout bascule. L'homme de main a peur, il décide de "s'extirper de l'enfer". Il livre aux policiers et aux juges ses secrets... et devient un homme traqué. Depuis 5 ans, Claude Chossat vit avec sa femme et ses enfants quelque part en France, une vie cachée, sans protection. "Je suis, conclut-il amer, le premier repenti corse et le premier repenti à se protéger tout seul".

Au micro de Léa Salamé, dans le 7/9 de France Inter, Claude Chossat se confie...