Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Clermont-Ferrand : de nouvelles violences autour du local du Bastion social

lundi 10 septembre 2018 à 17:54 Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu

Quatre quadragénaires ont été agressés violemment alors qu'ils passaient devant le local du groupe identitaire, rue de la Treille à Clermont-Ferrand, dans la nuit de samedi à dimanche. Une petite phrase aurait tout déclenché.

Le local du Bastion social implanté rue de la Treille
Le local du Bastion social implanté rue de la Treille © Radio France - Olivier Vidal

Clermont-Ferrand, France

Les quatre individus revenaient du stade Marcel Michelin après avoir assisté au match de l'ASM et prolongé quelque peu la fête. En passant devant le local du groupe, l'un d'eux aurait lancé : "c'est le local des fachos". Une petite phrase qui aurait déclenché une réaction très violente de plusieurs - au moins quatre - militants du groupe identitaire. 

Les militants se ruent alors sur les quatre passants, des coups sont portés, l'un des supporters de l'ASM est victime d'une double fracture du tibia péroné. D'ores et déjà trois plaintes ont été déposées, la quatrième victime devrait en déposer une très prochainement. L'enquête a été confiée à la police clermontoise.

Plusieurs affaires de violence depuis l'inauguration du local en juillet dernier

Une nouvelle fois donc, près de deux mois après l'inauguration de leur local clermontois, le bastion social et ses militants sont impliqués dans des violences aggravées. Une implantation et des violences que beaucoup dénoncent et notamment les riverains de la rue de la Treille.

Ce lundi, le groupe élus socialistes et républicains à la ville réclamaient la dissolution de ce groupe et une plus grande fermeté de la part de la préfecture du Puy-de-Dôme.