Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Clermont-Ferrand : dissolution du mouvement d'ultradroite Bastion social

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Le ministre de l'intérieur a prononcé la dissolution du mouvement d'ultradroite ce mercredi en conseil des ministres. L'ouverture d'un local de Bastion social l'été dernier dans le centre Clermont-Ferrand avait provoqué des tensions et des violences jusqu'à sa fermeture en octobre.

Bastion social : un millier de personnes dont le maire de Clermont avaient manifesté l'été dernier
Bastion social : un millier de personnes dont le maire de Clermont avaient manifesté l'été dernier © Radio France - Olivier Vidal

Christophe Castaner a prononcé ce mercredi en conseil des ministres la dissolution de "Bastion social".  "Engagement tenu", a salué sur Twitter le ministre de l'intérieur appelant à rester "vigilants, unis et mobilisés" face "à toutes les haines". Le président Emmanuel Macron s'était engagé fin février, lors du dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), à mettre un terme aux activités de ce groupuscule identitaire, né à Lyon en 2017. Le chef de l'État s'est engagé à dissoudre deux autres associations d'extrême droite : Blood and Honour Hexagone et Combat 18. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Des locaux avaient ensuite été ouverts à Clermont-Ferrand, mais aussi à Chambéry, Aix-en-Provence ou encore Marseille. Cette décision a été prise "pour mettre fin aux exactions répétées commises" en marge de rassemblements de voie publique, a précisé le ministère de l'intérieur dans un communiqué.

Clermont-Ferrand : tensions rue de la Treille pour l'ouverture du local de Bastion social
Clermont-Ferrand : tensions rue de la Treille pour l'ouverture du local de Bastion social © Radio France - Mickaël Chailloux

On se souvient que l'ouverture d'un local du mouvement d'ultradroite l'été dernier dans le centre-ville de Clermont-Ferrand (rue de la Treille) avait entraîné des tensions et de violences. Une manifestation d'opposants à cette implantation, dont le maire en personne Olivier Bianchi, avait rassemblé environ un millier de personnes. 

Officiellement fermé depuis octobre dernier, le local clermontois a été le théâtre de violences en toute genre. Trois militants du Bastion Social ont été condamnés en octobre dernier pour des faits de violences en réunion. Dans la nuit du 8 au 9 septembre, quatre supporters de l'ASM qui revenaient d'un match s'étaient fait tabasser devant le local après que l'un d'eux ait lancé : "c'est le local des fachos". Une violente rixe avait éclaté. Le procès des trois militants violents avait eu finalement lieu mi-octobre. Ils avaient été condamnés à des peines de prison ferme ou avec sursis.  Deux avaient été interpellés en Alsace après avoir fui Clermont-Ferrand. 

Contexte tendu pour le procès des trois militants de Bastion social à Clermont-Ferrand
Contexte tendu pour le procès des trois militants de Bastion social à Clermont-Ferrand © Radio France - Olivier Vidal

L'implantation du local dans le centre-ville clermontois avait aussi entraîné d'autres formes de violences. Celles d'activistes d'extrême-gauche qui avaient mené quelques expéditions nocturnes. Des membres de la CARA (Cellule Antifasciste Révolutionnaire d'Auvergne) et des Jeunes Révolutionnaires avaient réussi à y pénétrer à deux reprises avant de le piller et le saccager en revendiquant leurs actions sur les réseaux sociaux. Un militant de la Cara avait été placé en garde à vue.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess