Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Clermont-Ferrand : la cathédrale Notre-Dame-de-l'Assomption va se refaire une beauté

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Dans le cadre du plan de relance, 87 cathédrales françaises vont être restaurées ces prochaines années. À ce titre, Notre-Dame-de-l'Assomption, à Clermont-Ferrand, doit recevoir une enveloppe de 3,8 millions d'euros destinés à la rénovation de son toit. Le chantier est prévu pour le printemps 2022.

Les plaques de plomb de la toiture qui doivent être remplacés se situent derrière les flèches de la cathédrale.
Les plaques de plomb de la toiture qui doivent être remplacés se situent derrière les flèches de la cathédrale. © Radio France - Emmanuel Moreau

Trois ans de travaux. C'est ce qui attend Notre-Dame-de-l'Assomption à Clermont-Ferrand et ses 400.000 visiteurs annuels entre le printemps 2022 et 2025. Un coup de jeune auquel 86 autres édifices français auront aussi droit dans le cadre du Plan de relance.

Deuxième plus gros chantier de cathédrale prévu ces prochaines années, la rénovation l'édifice clermontois doit bénéficier d'une première enveloppe de 3,8 millions d'euros. La restauration globale, elle, vaudra le double.

Priorité à la toiture

Construite en 1248, la cathédrale clermontoise bénéficie déjà de 150 interventions annuelles d'entretien. À cela doivent s'ajouter de plus gros chantiers, notamment la rénovation de ses combles et de sa toiture en plaques de plomb. Les plaques actuelles pourront être fondues et réutilisées, ou simplement remplacées. 

"L'incendie de Notre-Dame-de-Paris, en avril 2019, a accéléré le projet", explique le père Paul Destable, recteur de la cathédrale. C'est à travers cet événement que la problématique de la pollution des particules de plomb devient centrale et permet de mettre à jour le Plan de sauvegarde des œuvres.

Visites maintenues

Pour les fidèles comme pour les touristes, ces travaux - en majorité extérieurs - ne devraient pas engendrer trop de perturbations. Les portes de la cathédrales doivent rester ouvertes et ses offices accessibles. Un soulagement pour le père Destable, qui organise ici 440 célébrations par an. "C'est le bâtiment emblématique de la ville, nous sommes très fiers que ces travaux soient entrepris", s'exclame-t-il. 

Le recteur espère cependant voir le chantier s'élargir au fil des mois. "Les miettes du budget pourraient permettre d'aménager l'escalier de la tour de la Bayette". Le père regrette que ce point de vue exceptionnel sur le centre-ville clermontois et le Puy-de-Dôme soit fermé au public depuis. "C'est un peu notre Tour Eiffel à nous!", conclu-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess