Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Clermont-Ferrand : la justice prononce l'évacuation du squat "5 étoiles" de la Pardieu

mercredi 18 juillet 2018 à 17:25 Par Juliette Micheneau, France Bleu Pays d'Auvergne

Surnommé le "5 étoiles", le squat de la Pardieu à Clermont-Ferrand accueille depuis quasiment un an une cinquantaine de jeunes migrants. La Cour d'appel de Riom vient de prononcer l'expulsion des squatteurs, sous un mois.

L'entrée du squat à la Pardieu
L'entrée du squat à la Pardieu © Radio France - Olivier Vidal

Clermont-Ferrand, France

Depuis septembre 2017, ils sont en moyenne une quarantaine de jeunes migrants à vivre dans ce squat dans la zone de la Pardieu à Clermont-Ferrand. Souvent des mineurs isolés en provenance notamment d'Afrique subsaharienne et déboutés de l'Aide sociale à l'enfance.

Dès le mois de novembre, la famille propriétaire des lieux avait engagé une procédure d'expulsion. En février dernier, la justice avait d'abord donné raison aux associations comme le Réseau Education Sans Frontière ou la Ligue des droits de l'Homme qui viennent en aide à ces jeunes. La cour d'appel de Riom a ensuite été saisie, ce 18 juillet elle a prononcé l'expulsion qui devra s'exécuter sous un mois.

Les associations toujours mobilisées

"L'idée c'est de ne pas partir, tant qu'il n'y a pas de solution pour les jeunes qui sont là", estime Eric Urban, de la ligue des droits de l'Homme et l'un des militants à l'origine du squat. "On se voit mal mettre une quarantaine de jeunes à la rue pour un projet de parking". Les associations espèrent donc trouver des solutions via les services de l'Etat, voire négocier un délai avec le propriétaire.