Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Clermont-Ferrand : les bars fermés à 1 heure du matin pour mettre fin aux débordements nocturnes

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

A la suite de dizaines de plaintes de riverains et au non-respect des mesures barrières, la préfecture du Puy-de-Dôme a pris un arrêté valable pour 15 jours : la fermeture des bars à 1 heure du matin, les débordements parfois violents succédant aux incivilités quotidiennes.

Un arrêté préfectoral pour mettre fin aux soirées agitées à Clermont-Ferrand
Un arrêté préfectoral pour mettre fin aux soirées agitées à Clermont-Ferrand © Radio France - Paul Tilliez

La préfète du Puy-de-Dôme siffle la fin de la récréation ! Rassemblements massifs, incivilités récurrentes, tapages nocturnes et bagarres alcoolisées. Le tableau n'est guère séduisant et ne colle pas vraiment à l'image d'une ville comme Clermont-Ferrand. Les autorités ont fait preuve de souplesse lorsque la sortie du confinement a été décidée et l'état d'urgence levé, mais la période de mansuétude n'a que trop duré. Des dizaines de plaintes de riverains ont été déposées ces dernière semaines et la police intervient quasiment chaque soir pour calmer les esprits, voire interpeller des fêtards en état d'ébriété.

Plus de dérogations pendant 15 jours

En concertation avec la municipalité, la préfecture du Puy-de-Dôme vient donc de prendre une première décision forte. Un arrêté préfectoral valable à partir de ce jeudi ordonne la fermeture à une heure du matin de tous les établissements vendant l'alcool, y compris pour les 33 bars possédant une dérogation, dont 26 dans le centre-ville. L'arrêté préfectoral est valable pour une durée de 15 jours.

Un premier coup de semonce

L'arrêté préfectoral sera renouvelé si nécessaire et des fermetures administratives pourront être décidées en cas d'infractions. La préfète du Puy-de-Dôme, Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc, durcit le ton : "Les nuits clermontoises sont devenues le théâtre de rassemblements très importants, les mesures barrières ne sont pas respectées. Il y a des violences, des rixes constatées toutes les nuits par les services de police en particulier. Aujourd'hui, c'est un coup de semonce. Il n'y a plus de dérogations d'ouverture tardive. Les sandwicheries et les épiceries sont elles aussi sont obligées de fermer. C'est une question de responsabilité sanitaire et de vivre ensemble. Le bruit, la violence, stop." 

La préfète du Puy-de-Dôme Anne-Gaëlle Baudouin-Clerc

La préfète du Puy-de-Dôme se réserve le droit d'aller plus loin. "Si le message n'est pas compris, une mesure plus grave peut être décidée. Elle peut aussi être prolongée. Chacun doit comprendre qu'il est possible de faire la fête à Clermont, mais qu'à une heure du matin, il faut que cela s'arrête."

Le maire de Clermont-Ferrand et la préfète du Puy-de-Dôme disent stop aux débordements nocturnes
Le maire de Clermont-Ferrand et la préfète du Puy-de-Dôme disent stop aux débordements nocturnes © Radio France - Eric Le Bihan

Il était temps de siffler la mi-temps - Olivier Bianchi

Si le maire de Clermont-Ferrand, Olivier Bianchi, constate que ce phénomène "post-confinement" n'est pas propre à sa ville, il est sur la même longueur que les services de l'Etat : il fallait agir contre cette escalade d'insécurité. "Ce qui pouvait passer au départ pour une sorte de libération tout à fait légitime est devenue un peu la fête au grand n'importe quoi, dénonce-t-il. D'abord pour la sécurité des habitants et puis aussi parce que c'est en train de créer un climat d'insécurité, d'incivilité, de bruit qui vient déranger la vie de tout un chacun. Il était temps au fond, de façon triviale, de siffler la mi-temps..."

Le maire de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi

Reste désormais à faire appliquer cet arrêté établi en concertation et en coopération avec la préfecture du Puy-de-Dôme et la direction départementale de sécurité publique. "La police municipale va faire passer l'information", précise Olivier Bianchi, "nous allons renforcer la médiation mise en place dans certains quartiers de noctambules dans la soirée et les forces de police nationale prendront le relais aux heures qui sont les leurs". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess