Faits divers – Justice

Clermont-Ferrand : levée de l'alerte enlèvement mais les recherches se poursuivent

Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne et France Bleu jeudi 30 mars 2017 à 19:13 Mis à jour le jeudi 30 mars 2017 à 21:00

Vicente a été enlevé par son père mercredi après-midi.
Vicente a été enlevé par son père mercredi après-midi. - Gendarmerie

Plus de 24 heures après son enlèvement, le petit Vicente et son père kidnappeur restent introuvables, mais l'alerte enlèvement a été levée jeudi soir. Plus d'un millier de témoignages ont été passés sur la plateforme mise en place.

Le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Eric Maillaud, a décidé de lever le dispositif alerte enlèvement à 18h30 ce jeudi soir. Les recherches se poursuivent toutefois pour tenter de retrouver Vicente, 5 ans et demi, kidnappé par son père mercredi.

"Par son ampleur, cet acte d'enquête exceptionnel a permis le recueil de très nombreuses informations qui vont permettre à l'enquête judiciaire de se poursuivre et de s'intensifier dans le cadre de la flagrance. Il a donc été mis fin au dispositif à compter de ce jour 18H30", déclare le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Eric Maillaud, dans un communiqué.

L'enquête va se poursuivre "activement"

"Les appels extrêmement nombreux passés depuis hier soir 22h30, heure du lancement de l'alerte, commencent à se tarir. La qualité des infos est moindre. L'enfant n'a pas été retrouvé dans un délai bref mais les informations recueillies vont permettre maintenant dans un autre cadre juridique, celui de la flagrance, de poursuivre l'enquête activement par d'autres moyens que l'on ne peut pas nécessairement évoquer", a précisé Eric Maillaud.

Jason Lopez a enlevé son fils en menaçant son ex-compagne avec une arme de poing mercredi peu avant 13 heures, devant la caravane familiale installée sur le parking d'un ancien magasin discount, en périphérie de Clermont-Ferrand.

Localisés dans le sud-ouest de la France

C'est le profil violent du père a nécessité le déclenchement de l'alerte enlèvement. Plus de 1.250 témoignages ont été recueillis par les douze hommes de la salle de crise de la Direction Centrale de la Police Judiciaire basée à Nanterre. Des témoignages triés, vérifiés et redirigés, lorsqu'ils présentent un intérêt, vers les fonctionnaires de la police judiciaire de Clermont-Ferrand.

Selon nos informations, Jason Lopez et son fils se trouveraient dans le sud-ouest de la France et pourraient être hébergés par des membres de leur famille dans un campement de gens du voyage. Le procureur de la République de Clermont-Ferrand a déclaré jeudi soir que le père ""a de grandes attaches familiales" dans cette région, sans donner plus de détails.

La famille de Vicente s'était installée sur ce parking il y a deux semaines - Radio France
La famille de Vicente s'était installée sur ce parking il y a deux semaines © Radio France - Olivier Vidal

L'homme est en conflit avec sa belle famille et sa relation avec son ex-compagne est particulièrement tendue. Âgé de 27 ans, il a déjà été condamné pour des faits de violence. Il devrait être actuellement en détention au centre pénitentiaire de Riom, mais il a profité d'une sortie à vélo organisée par l'établissement pour prendre la fuite au début du mois de décembre dernier.

Trois semaines après son début de cavale, l'individu a été victime d'une tentative de meurtre fin décembre à Saint-Yorre, dans la banlieue de Vichy. Des tirs, dont des membres de son ancienne belle-famille sont à l'origine. Son ex-beau père et ses trois fils ont été récemment mis en examen pour "tentative d'assassinat". En attendant leur procès, ils ont tous été placés en détention, à l'exception du plus jeune des fils, mineur. S'ils ne cachent leur haine envers Jason Lopez, ils se disent innocents de cette affaire, malgré les preuves. Un réglement de compte organisé parce que Jason Lopez avait manifesté son intention de s'emparer de Vicente.

Le dispositif alerte enlèvement n'est pas une baguette magique, ce n'est qu'un appel à témoins renforcé" - le procureur de Clermont-Ferrand

C'est la première fois que le plan alerte enlèvement ne permet pas de retrouver un mineur en moins de 24 heures après son déclenchement, comme ce fut le cas les 19 fois précédentes depuis sa création en France, en 2006.

"On ne peut pas dire que ce soit un échec. Le dispositif alerte enlèvement n'est pas une baguette magique, ce n'est qu'un appel à témoins renforcé. Réussir à chaque fois n'est pas possible statistiquement", justifie encore Eric Maillaud, précisant qu'il est toujours possible d'appeler le 17 pour apporter de nouveaux témoignages.