Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Clients agressifs et menaçants : une pharmacienne demande la protection des gendarmes

En première ligne dans la crise sanitaire due au coronavirus, ce que vivent les pharmaciens n'est pas simple en ce moment. Une pharmacienne du Calvados raconte un quotidien éprouvant : des clients agressifs, voire menaçants, à tel point qu'elle est allée le signaler à la gendarmerie.

Cette pharmacienne a eu peur au point d'aller à la gendarmerie pour signaler un client menaçant.
Cette pharmacienne a eu peur au point d'aller à la gendarmerie pour signaler un client menaçant. © Radio France - Adèle Bossard

Elle n'a pas voulu porter plainte. Mais elle s'est sentie suffisamment menacée pour aller signaler les faits à la gendarmerie de son secteur. Dans son officine située sur le littoral du Calvados, une pharmacienne a vu déferler les clients dès les premiers jours du confinement dû au coronavirus. "Ils sont souvent inquiets et stressés. Avec mes collègues, on essaye de les rassurer au mieux, c'est notre rôle", témoigne-t-elle. Mais ce n'est pas toujours évident quand la parole gouvernementale elle-même n'est pas claire, notamment concernant le port du masque. "Ils ne comprennent pas pourquoi eux ne peuvent pas en avoir..." rapporte la pharmacienne.

Ce client m'a dit que si on lui vendait pas de gel hydroalcoolique, ça allait très mal se terminer...

Avec un client, elle a pris peur : "Il venait plusieurs fois par jour, il nous harcelait pour avoir du gel hydroalcoolique, il ne comprenait pas qu'on ne pouvait pas lui en vendre, il ne voulait pas entendre qu'on n'avait pas de stock". Il est devenu très agressif, voire menaçant. "Il m'a dit que si on ne lui en vendait pas, ça allait très mal se terminer". La pharmacienne a préféré prendre les devants et aller à la gendarmerie. "En plus, j'allais être de garde, donc j'ai préféré aller signaler les faits pour qu'ils fassent des tours de garde, histoire d'éviter tout risque", indique-t-elle.

J'ai aussi été dénoncée pour du soit disant trafic de masques !

Elle a aussi été victime de dénonciation. "Les gendarmes sont passés à la pharmacie vérifier si on ne faisait pas du trafic de masques, raconte-t-elle, encore soufflée. Heureusement que la majorité des clients est adorable. C’est pour eux qu’on tient bon", conclut-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu