Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La ministre de la justice Nicole Belloubet attendue à Metz jeudi

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Lorraine Nord

la ministre de la justice sera à Metz jeudi matin. Nicole Belloubet est attendue au palais de justice alors que la reforme de la carte judiciaire est toujours aussi contestée, à la fois par les avocats que par les magistrats. Une table ronde est organisée à la cour d'appel de Metz en matinée.

La ministre de la justice Nicole Belloubet est attendue à Metz jeudi 24 janvier
La ministre de la justice Nicole Belloubet est attendue à Metz jeudi 24 janvier © Maxppp - Pierre DESTRADE/PHOTOPQR

La garde des sceaux, Nicole Belloubet sera à Metz jeudi 24 janvier. La ministre de la justice est attendue depuis des mois par les personnels de justice et les avocats des barreaux de Moselle (Metz, Thionville et Sarreguemines) alors que la reforme de la carte judiciaire est toujours aussi contestée, à la fois par les avocats  par les magistrats.  

Une table ronde est organisée en matinée avec les chefs de la cour d’appel, et les chefs des tribunaux d’instance et de grande instance qui dépendent de la cour d’appel. Les greffiers sont aussi conviés. Durant cette table ronde seront évoqué la réforme de la justice et ses volets d’application, notamment son adaptation dans les juridictions.

On attend d'être écouté en tant qu'acteurs de terrain - Marc Monossohn, le bâtonnier de Thionville

Du côté des avocats, mobilisés depuis de longs mois pour protester contre la réforme de la justice, on se félicite de cette visite. "On va pouvoir parler directement avec la ministre" explique le bâtonnier de Thionville, Marc Monossohn. Il estime qu"'il faut que les acteurs locaux, qui sont sur le terrain, soient entendus à Paris".

Certes, le tribunal de grande instance de Thionville qui était menacé de disparition a été maintenu, mais pour le reste les avocats ont le sentiment que beaucoup de choses n'avancent pas. 

Faire encore bouger les lignes

Les grandes lignes du projet de réforme sont bien avancées, mais sur le volet réglementaire, à savoir les décrets qui fixent les règles ne sont pas arrêtés. Marc Monossohn explique "Cette phase est fondamentale. Ce sont les décrets qui vont fixer les détails. On est en amont de cette phrase là. On peut donc faire bouger les choses".

Il ajoute que sur le cas du tribunal de Thionville, par exemple, il ne reste qu'un seul juge d'instruction en poste, qu'il faut "impérativement" conserver. Avant cela, il y en avait deux.

La contestation ne faiblit pas en Moselle. La semaine dernière, les personnels de justice ont manifesté plusieurs fois leur mécontentement. Ils réclament la suspension des débats et demandent que la question de l'avenir de la justice soit intégrée au grand débat national lancé au même moment par Emmanuel Macron.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess