Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Affaire Naomi Musenga à Strasbourg

Mort de Naomi : le directeur des Hôpitaux universitaires de Strasbourg se défend

mercredi 20 juin 2018 à 22:55 Par Rachel Noël, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu

Le directeur des hôpitaux universitaires de Strasbourg s'est exprimé mercredi suite à la démission du responsable du Samu après la mort de Naomi Musenga. Christophe Gautier reconnait les dysfonctionnements pointé par le rapport de l'IGAS.

Le directeur des HUS s'explique sur la démission du responsable du Samu
Le directeur des HUS s'explique sur la démission du responsable du Samu © Maxppp - PHOTOPQR

Strasbourg, France

Les Hôpitaux universitaires de Strasbourg (HUS) ont accepté mercredi la démission du responsable du Samu  de la ville comme le préconise le rapport de l’IGAS qui pointe de nombreux dysfonctionnements. Le directeur des HUS, Christophe Gautier reconnait les manquements pointés par le rapport, mais souligne que sa responsabilité personnelle n'a pas été mise en cause.

Une action rapide

Christophe Gautier, le directeur des Hôpitaux universitaires Strasbourg, note que le rapport établi bien qu’il a personnellement été tardivement informé. Il rappelle aussi qu’il a réagi dès qu’il a eu connaissance des faits.

Le rapport est très clair là-dessus. (…) Il le dit noir sur blanc. Il souligne la réactivité qui était la mienne dans la nécessité de l’ouverture de l’enquête administrative, deux jours après l’écoute de la fameuse bande litigieuse Il souligne enfin la justesse de la décision que j’ai prise de suspension de l’opératrice ».

Les dysfonctionnements pointés sont réels

Dans ce rapport,  l'inspection générale des affaires sociales pointe une responsabilité individuelle de l'assistante de régulation médicale. Ces dysfonctionnements, Christophe Gautier, les reconnait, tout en rappelant que lui n’est pas visé : « Il y a des manquements individuels à des procédures et ces manquements sont suivis des faits. Et aucun manquement en ce qui concerne ma conduite dans cette affaire n’est relevé »

Il indique que l'opératrice, suspendue, fera l'objet de sanctions disciplinaires.

Aucun commentaire sur les procédures non conformes

Sur la conformité des procédures, le responsable des HUS est beaucoup moins loquace. L’IGAS pointe le Samu et sa procédure de régulation générale qui n'est pas conforme aux recommandations de bonnes pratiques et source de risque pour les patients.

Là- dessus le directeur des HUS n’a pas de réponse. Il se contente de préciser que "Toutes les préconisations de l'Igas seront déclinées dans les jours et les semaines qui viennent".