Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : SÉRIE - Xynthia : la vie, dix ans après la tempête

Xynthia : la vie, dix ans après la tempête (9/10) - Vincent, l'obstiné

-
Par , France Bleu Loire Océan

SÉRIE - France Bleu prend des nouvelles de ceux qui ont été touchés, il y a dix ans, par la tempête. Après la mort de 29 habitants noyés dans leur maison à La Faute-sur-Mer, des centaines d'habitations en zone inondables ont été rasées. Le commerce de Vincent n'a jamais réussi à remonter la pente.

À La Faute-sur-Mer, Vincent Boineau fait ses comptes dans sa quincaillerie qui perd chaque année 20% de chiffre d'affaires par rapport à avant la tempête.
À La Faute-sur-Mer, Vincent Boineau fait ses comptes dans sa quincaillerie qui perd chaque année 20% de chiffre d'affaires par rapport à avant la tempête. © Radio France - Victoria Koussa

Il y a plus de dix ans, dans la quincaillerie de Vincent, on venait y acheter de tout : de quoi bricoler, décorer, nettoyer... Même hors saison. Mais après le passage de la tempête Xynthia, peu nombreux ceux qui passent la porte de l'immense boutique du centre-ville de La Faute-sur-Mer (Vendée) où 29 habitants sont morts noyés dans leur maison inondée, dans la nuit du 27 au 28 février 2010. "On ne s'en remet pas... Chaque année, je perds 20% de chiffre d'affaires", affirme le commerçant qui "sert les dents" depuis une décennie. 

"La ville est sous une cloche"

Dans une partie du village, l'eau est montée jusqu'à plus de deux mètres de haut dans certaines maisons, situées dans une cuvette. Après la catastrophe, l'État a ordonné la déconstruction de plus de 600 maisons à La Faute-sur-Mer, en zone noire, en zone inondable, contre une indemnisation. "Ça fait un manque à gagner permanent ! Ce ne sera jamais compensé, dans la mesure où il n'y a pas de terrain disponible", dénonce Vincent, avant d'ajouter : "J'ai le sentiment que la ville est sous une cloche ! Ici c'est resté figé, comme une ville témoin".

ÉCOUTEZ - Vincent Boineau tient depuis des années la quincaillerie du centre de La Faute-sur-Mer et depuis Xynthia, il ne se relève pas.

Très attaché sentimentalement à la boutique qu'il ne veut pas abandonner, lui, s'est senti très seul ces dernières années. "De la part de l'État, d'aucun organisme, on n'a jamais rien reçu du tout", affirme-t-il. Car comme la quincaillerie n'a pas été inondée, Vincent n'a pas pu bénéficier du dispositif d'indemnisation des entreprises commerciales et artisanales sinistrées par la tempête Xynthia qui s'est élevé à 10.000 euros, jusqu'à 2.000 pour les pertes d'exploitation et 8.000 euros pour la restauration des locaux et de l'outil de travail.

Découvrez tous les épisodes

Choix de la station

À venir dansDanssecondess