Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coffee-shop du Mans : les gérants font appel de leur condamnation

-
Par , France Bleu Maine

Les gérants du coffee-shop du Mans contestent la décision rendue le 21 juillet 2020 par le tribunal. Ils considèrent qu'ils ne sont pas hors la loi en vendant des produits à base de dérivés du cannabis. La justice avait prononcé des peines de prison avec sursis. L'appel suspend ce jugement.

Le premier coffe-shop du Mans avait fermé ses portes après deux perquisitions en 2019.
Le premier coffe-shop du Mans avait fermé ses portes après deux perquisitions en 2019. © Radio France - Alexandre Chassignon

"Nous ne sommes pas des trafiquants!" Maxime Brunet, le gérant du coffee shop du Mans ne décolère pas depuis le jugement du 21 juillet 2020 le condamnant à la de la prison avec sursis. Pour le tribunal correctionnel du Mans, l'entrepreneur qui avait ouvert une boutique en centre-ville en février 2019 ne respectait pas la loi en matière de stupéfiants en commercialisant des produits à base de cannabidiol, un dérivé du cannabis.  

Ailleurs, ça se passe très bien!

Le gérant (qui a, depuis, ouvert une autre boutique, avenue du général Leclerc au Mans, en face de celle qui est fermée), conteste cette interprétation des textes en vigueur et annonce qu'il fait appel de la décision de justice. "Nous respectons la loi", assure-t-il. "Je ne comprends pas. Nous avons des boutiques dans d'autres villes et ça se passe très bien". Perquisitionné à deux reprises, son commerce avait finalement fermé ses portes. 

Des peines de huit et quatre mois avec sursis

Dans cette affaire, Maxime Brunet est associé avec son père et son frère. Le 21 juillet 2020, le tribunal correctionnel du Mans a, dans le détail, condamné les deux fils à huit mois de prison avec sursis et le père à quatre mois de prison avec sursis. Les trois hommes ont également l'interdiction de gérer une société pendant une période de deux ans. L'appel est suspensif, c'est à dire que la décision de justice ne s'applique pas dans l'attente du second procès dont la date, à ce jour, n'est pas fixée. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess