Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Cognac : l'auteur des dégradations dans un cimetière coupable, mais pas responsable

-
Par , France Bleu La Rochelle

Un jeune Cognaçais âgé de 18 ans a été déclaré coupable, ce vendredi, par le tribunal correctionnel d'Angoulême des dégradations commises dans le cimetière du Breuil à Cognac, en novembre dernier. Mais sa responsabilité n'est pas engagée. Il a été hospitalisé d'urgence dans un centre spécialisé.

Le cimetière du Breuil à Cognac au lendemain des dégradations
Le cimetière du Breuil à Cognac au lendemain des dégradations © Maxppp - Jonathan GUERIN / SUD OUEST

Les dégradations du cimetière avaient provoqué une vive émotion, à quelques jours des fêtes de la Toussaint, où les familles viennent honorer la mémoire de leurs proches disparus. Une centaine de tombes avaient été profanées, et des objets de culte (comme des crucifix) avaient été cassés. L'auteur de ces actes de vandalisme, qui a toujours reconnu les faits, se présente volontiers comme un sataniste, qui hait toutes les religions, et particulièrement le catholicisme. Il explique avoir entendu une voix, qui lui commandait ces agissements. 

Abolition totale du discernement

Son procès devait se tenir en février, mais il n'avait pu avoir lieu à cause de la grève des avocats. Depuis, il était sous contrôle judiciaire, et ses activités étaient sévèrement encadrées. Une expertise psychiatrique a permis aux spécialistes de conclure à une abolition totale du discernement au moment des faits. Autrement dit, il n'était pas vraiment conscient de ce qu'il faisait, et il ne peut en être tenu pour responsable. 

Son hospitalisation d'urgence dans un centre spécialisé a été décidée par le tribunal, et c'est dans une ambulance qu'il a quitté le palais de justice d'Angoulême pour l'hôpital Camille-Claudel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess