Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Cognac : la manifestante des gilets jaunes privée de manifestation

lundi 3 décembre 2018 à 19:05 Par Pierre Marsat, France Bleu La Rochelle

Il faudra attendre le 7 janvier pour le procès d'une militante du mouvement des gilets jaunes interpellée samedi à Cognac. Elle a demandé au tribunal correctionnel de lui laisser un délai pour préparer sa défense.

Elle devait être jugée ce lundi en comparution immédiate
Elle devait être jugée ce lundi en comparution immédiate © Radio France - Pierre MARSAT

Angoulême, France

Cette femme, âgée de 46 ans, est accusée de violences sur des personnes dépositaires de l'autorité publique. Samedi, lors d'une manifestation à Cognac, elle aurait saisi une fonctionnaire de police par son gilet tactique, et lui aurait donné un coup de pied dans les jambes pour la déstabiliser. La policière dispose de quatre jours d'incapacité totale de travail. 

Un autre représentant des forces de l'ordre, commandant de police au commissariat de Cognac, aurait reçu une forte gifle. La manifestante devait être jugée ce lundi en comparution immédiate, mais son avocat a demandé un délai pour préparer sa défense, vu le contexte actuel et les violences commises à Paris ce même samedi.

contrôle judiciaire rigoureux

Lors de cette audience, le Parquet a demandé un contrôle judiciaire simple, avec seulement l'interdiction d'entrer en contact avec les victimes. Mais le tribunal est allé plus loin : le maintien en détention n'a pas été décidé, la manifestante ayant une seule condamnation sur son casier judiciaire. Mais "pour éviter de vous retrouver dans la même situation", a précisé la présidente du tribunal, il lui est interdit, non seulement d'entrer en contact avec les victimes, mais aussi de paraître à Angoulême et à Cognac, et de manifester sur la voie publique même si les manifestations sont autorisées. 

La quadragénaire devra aussi pointer, trois fois par semaine, à la gendarmerie de Châteauneuf-sur-Charente, en attendant son procès qui aura lieu le 7 janvier.