Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cold case résolu dans la Vienne : un violeur arrêté 21 ans après les faits grâce à son ADN sur un papier de bonbon

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Poitou, France Bleu

C'est un très vieux dossier qui vient d'être résolu dans la Vienne : 21 ans après un viol dans le Nord-Vienne, les enquêteurs ont enfin arrêté l'auteur des faits. Cet homme, âgé aujourd'hui de 67 ans, a été confondu par son ADN retrouvé l'été dernier dans une menuiserie cambriolée.

Michel Garrandaux, procureur de la République de Poitiers, au côté du lieutenant-colonel Sophie Périgord, commandant de la compagnie de gendarmerie de Chatellerault
Michel Garrandaux, procureur de la République de Poitiers, au côté du lieutenant-colonel Sophie Périgord, commandant de la compagnie de gendarmerie de Chatellerault © Radio France - Isabelle Rivière

Poitiers, France

Une affaire criminelle vieille de 21 ans résolue dans le Nord-Vienne grâce à un papier de bonbon ! En octobre 1998, un quadragénaire viole sa voisine de 21 ans. Malgré une enquête minutieuse des gendarmes, et plusieurs nouvelles pistes dans le dossier, l'auteur n'est pas retrouvé. Jusqu'à la découverte, l'été dernier, d'un papier de bonbon dans une menuiserie cambriolée. L'emballage est récupéré par un technicien de l'investigation criminelle. Or sur ce papier, les enquêteurs découvrent l'ADN du violeur. Ils croisent alors les deux affaires et réussissent à identifier l'auteur du viol, aujourd'hui âgé de 67 ans. 

Il tend un piège à sa victime pour la violer

Octobre 1998, vers 21h, sur une route du Nord-Vienne. Il fait nuit, cet homme d'une quarantaine d'années tend un piège à sa jeune voisine de 21 ans. Il dispose des rondins de bois sur sa route pour l'obliger à s'arrêter. Une fois stoppée, l'homme cagoulé la force à remonter dans sa voiture et la ligote avant de la violer quelques kilomètres plus loin. L'homme porte une cote et une cagoule qui lui dissimule le visage. Il s'enfuit à pied, abandonnant la victime dans sa voiture. L'enquête peine à aboutir. Jusqu'à l'été 2019 et ce cambriolage dans une menuiserie dans le Nord-Est de la Vienne. 

Un papier de bonbon retrouvé dans la menuiserie cambriolée

Ce jour-là, le technicien de l'investigation criminelle ramasse un papier de bonbon sur les lieux du cambriolage. En entrant l'ADN dans le Fichier national des empreintes génétiques (FNAEG), les enquêteurs découvrent alors une correspondance avec un autre ADN, celui du violeur du Nord-Vienne en 98. Le mangeur de bonbons est donc le violeur, mais à ce stade, impossible d'identifier l'auteur. Les gendarmes de la brigade de recherches de Chatellerault, croisent alors les deux dossiers, et un nom ressort dans les deux affaires : celui du père du menuisier. Il avait été interrogé à l'époque du viol car il était le voisin de la jeune femme violée.

Mis devant les preuves scientifiques, il a fini par avouer

Arrêté la semaine dernière, le suspect a d'abord nié, mais face aux analyses ADN, il a dû reconnaître les faits en garde à vue. Dans l'attente de son procès, le violeur présumé, âgé de 67 ans aujourd'hui, a été placé en détention provisoire. Il s'agit d'éviter d'éventuelles pressions sur sa victime. Cette dernière âgée d'une quarantaine d'années aujourd'hui et mère de famille s'est dite soulagée et à la fois surprise de ce dénouement. La nouvelle a cependant fait resurgir de douloureux souvenirs pour elle. Son agresseur a expliqué en grade à vue qu'il traversait une période personnelle difficile à l'époque. Il a été mis en examen pour "viol crapuleux" (un viol commis sur la voie publique) et encourt une peine maximale de 15 ans de réclusion.

Des milliers d'empreintes génétiques dans le fichier

Le procureur de la République de Poitiers, Michel Garrandaux a salué le travail de la brigade de recherches de la gendarmerie de Châtellerault ainsi que le travail de la cellule scientifique. Il rappelle par ailleurs qu'il reste quatre "cold case" dans le département, des crimes anciens et irrésolus qu'il a bon espoir de voir aboutir un jour grâce notamment au Fichier national des empreintes génétique, le FNAEG. Ce fichier compte désormais trois millions de profils génétiques ainsi que 500.000 traces d'auteurs non identifiés.

Quatre à cinq autres "cold case" dans la Vienne

Pour ce qui est des affaires anciennes toujours non résolues, le procureur les rappelle. Il s'agit meurtre d'une adolescente de 14 ans en 1988 aux Couronneries à Poitiers, de la mort d'un homme retrouvé ligoté dans son coffre de voiture en forêt de Scévolles en 2002, le corps d'un jeune homme retrouvé emballé dans un sac poubelle à Mignaloux en 2004. Il cite également le cas de ce sexagénaire poignardé dans son jardin à Buxerolles en 2010, et le viol d'une joggeuse, suivi d'une tentative de meurtre, près de la grotte à Calvin à Poitiers en 2015.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu