Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Colère des policiers de Charente-Maritime après les déclarations du ministre de l'intérieur

-
Par , France Bleu La Rochelle

Le ministre de l'intérieur propose de bloquer les effectifs policiers dans l'ouest du pays, pour affecter plus de moyens aux régions sous dotées. Gérald Darmanin a cité la ville de La Rochelle considérée comme en sureffectif. Une déclaration qui fait bondir les syndicats en Charente-Maritime.

Commissariat de police de La Rochelle 16.02.2021
Commissariat de police de La Rochelle 16.02.2021 © Radio France - Gérald Paris

Pendant son déplacement dans l'est de la France lundi soir, le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin a proposé de bloquer les effectifs dans l'ouest du pays, pour affecter plus de moyens aux régions sous dotées. Le ministre a notamment cité les villes de Biarritz et de La Rochelle considérées comme en sureffectif. Une déclaration qui fait bondir les syndicats policiers. 

"Ce genre de déclaration ne va pas rapprocher le ministre de sa base" - Eric Marrocq du Syndicat Alliance 

Pour Eric Marrocq, le secrétaire zonal Alliance pour le Grand Sud-Ouest qui englobe la Charente-Maritime _"le moral n'est pas au beau fixe dans la police_, les effectifs ne sont pas à la hauteur des besoins, et ce genre de déclaration ne va pas rapprocher le ministre de sa base." 

Le responsable du syndicat majoritaire au sein de la police en Charente-Maritime, se dit encore être "sous le coup de la surprise et de la sidération. J'invite, dit-il, monsieur Darmanin à venir faire des patrouilles de nuit à La Rochelle, et il verra si les effectifs sont trop nombreux." 

"À La Rochelle, les services tournent à flux tendu. Il ne faut pas de blessés ou de malades" - UNSA Police 

Si la ville de La Rochelle a été citée par le ministre, ou Biarritz également, c'est plus globalement l'ouest de la France qui est visée. Cela fait bondir, Florian Sarrazin, le représentant de l'UNSA Police en Charente-Maritime. "Dites à Rochefort, Saintes ou Royan qu'ils sont en sureffectifs. Il y a plutôt des situations de sous-effectifs scandaleuses dans ces commissariats. Et puis à La Rochelle, ce n'est pas Byzance non plus. Les services tournent à flux tendu. Il ne faut pas de blessés ou de malades sinon, cela devient très compliqué."

"On parle de fonctionnaires de police, comme d'un cheptel, d'un troupeau."- Eric Marrocq du Syndicat Alliance 

En plus ou en trop, dans la moyenne... Cette valse des chiffres, Eric Marrocq la dénonce. "On parle de fonctionnaires de police, comme d'un cheptel, d'un troupeau. Ce comptage a été mis en place par des technocrates parisiens qui décident du nombre de policiers dans un département. Une réalité des bureaux décrochée du terrain. Et croyez-moi, à tourner de nuit avec des effectifs réduits, même en Charente-Maritime, cela ne va pas améliorer la sécurité de nos fonctionnaires."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess