Faits divers – Justice

Une nonagénaire décède après un vol à l'arraché : deux jeunes aux assises à Colmar

Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu lundi 16 janvier 2017 à 20:34

Cour d'assises du Haut-Rhin à Colmar
Cour d'assises du Haut-Rhin à Colmar © Maxppp - Julien Kauffmann

Ils ne lui ont finalement volé que trois euros. En avril 2015, rue du Cardinal-Mercier à Colmar, ils avaient agressé une vieille dame en lui volant son sac. Deux jeunes, dont l'un n'avait que 16 ans, sont renvoyés devant les assises des mineurs. La nonagénaire était décédée 4 jours plus tard.

Le procès s'ouvre ce mardi 17 janvier à Colmar, devant la cour d'assises des mineurs du Haut-Rhin. Deux jeunes de 16 et 21 ans , à l'époque des faits, comparaissent pour vol avec violence ayant entraîné la mort. Ils risquent la perpétuité. Les faits s'étaient déroulés en avril 2015, dans le quartier Sainte-Marie de Colmar.

Des agresseurs déterminés à trouver de l'argent

Alors qu'ils cherchent à tout prix à rembourser une dette de stupéfiants, les deux jeunes, bien connus des services de police, sont passés à l'action. Le 29 avril 2015, ils ont tenté en amont de vendre des jeux vidéos sans succès, ils décident donc de commettre un vol à l'arraché.

Pendant deux heures, dans le quartier Sainte-Marie, ils planquent près d'une banque qui ne possède pas de vidéosurveillance. Vers 17 heures, non loin de là , une dame de 92 ans sort de chez le coiffeur et s'apprête à rentrer chez elle. Le duo passe alors à l'action. Le plus jeune tente à deux reprises de lui arracher son sac à main, pendant que l'autre fait le guet. Les deux réussissent leur larcin, mais la nonagénaire chute sur la tête.

Une agression mortelle pour trois euros

Deux personnes tentent de rattraper les agresseurs, en vain. Les témoins de la scène essayent de ranimer la victime. Elle décédera quatre jours plus tard. Il n'y avait dans le sac de la vieille dame que trois euros. Le mineur de 16 ans, quand il est rentré chez lui , a dépensé ces trois euros pour s'acheter une canette de soda. Confondus par leur ADN, les deux jeunes, connus défavorablement des services de police pour des affaires de violences et de stupéfiants, seront interpellés quelques jours plus tard par la brigade de sûreté urbaine de Colmar.

Une famille sous le choc, mais pas dans un sentiment de vengeance

La famille de la victime est sous le choc après cette agression mortelle. "Aujourd'hui elle n'est pas dans la vengeance. Elle attend avant tout que la justice prononce une peine juste, dans une démarche normale et apaisée," a précisé maître Jean-Jacques Dieudonné, l'avocat de la famille de la nonagénaire.

Le procès doit durer trois jours, il devrait se dérouler à huis clos . Le verdict est attendu ce jeudi.

Maitre Jean-Jacques Dieudonné avant le procés au micro de Guillaume Chhum

..