Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Colmar : mort d'Hocine Bouras sur l'A35, la cour de cassation confirme la légitime défense du gendarme

mercredi 10 janvier 2018 à 16:13 Par Guillaume Chhum, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

La cour de cassation vient de confirmer la légitime défense du gendarme dans l'affaire Hocine Bouras. Ce détenu âgé de 23 ans avait été tué par le militaire, lors de son transfèrement. Les faits s'étaient déroulés sur l'A 35, près de Colmar, le 26 août 2014.

Marche blanche le 30 août 2015
Marche blanche le 30 août 2015 © Maxppp - Thierry Gachon

Colmar, France

La cour de cassation vient de rendre sa décision dans l'affaire Hocine Bouras, ce détenu tué par un gendarme, lors de son transfèrement de la maison d'arrêt de Strasbourg vers un juge d'instruction colmarien. Les faits s'étaient déroulés le 26 août 2014.  Une décision révélée par nos confrères des DNA.

Légitime défense pour le gendarme confirmée 

La  cour de cassation vient de confirmer que le gendarme adjoint était en état de légitime défense quand il a sorti son arme. Sa collègue  Le jeune homme âgé de 23 ans était décédé d'une balle dans la tête. 

Une décision qui confirme ce qu'avait décidé la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Colmar en septembre 2016. Le père de la victime s'était alors pourvu en cassation. 

Pourtant, la fin des procédures ne s'arrête pas là. Deux plaintes ont été déposées par la famille de la victime contre la gendarmerie pour destruction de preuves et faux en écritures publiques. 

Depuis ce drame, la famille de victime réclame justice.