Faits divers – Justice

A Colmar, sept heures de blocage à cause d'une enveloppe contenant de la poudre et des menaces

Par France Bleu Alsace, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass jeudi 15 décembre 2016 à 16:25 Mis à jour le jeudi 15 décembre 2016 à 21:02

Gros déploiement de moyens pour une enveloppe suspecte rue Bruat à Colmar.
Gros déploiement de moyens pour une enveloppe suspecte rue Bruat à Colmar. © Radio France - Guillaume Chhum

La rue Bruat, au centre de Colmar, a été bouclée pendant sept heures ce jeudi après-midi, à cause d'une enveloppe suspecte découverte au centre de soins de la CPAM. A l'intérieur de l'établissement, 22 personnes ont été confinés pour subir des examens.

La rue Bruat, près de la préfecture du Haut-Rhin, à Colmar, a été complètement bouclée entre 14 et 21 h ce jeudi après-midi, à cause d'une enveloppe suspecte. Cette enveloppe, contenant de la poudre blanche a été déposée en fin de matinée au centre de soins de la sécurité sociale. Elle comprenait aussi une lettre de menaces de mort, faussement signée Daech et un rongeur mort. Un médecin a donné l'alerte et de gros effectifs de police et de secours ont été déployés. La poudre s'est révélée sans danger.

Une vingtaine de personnes confinées

Dans le bâtiment, il y avait 25 personnes. Trois d'entre elles ont été évacuées : elles n'avaient pas du tout été au contact du courrier suspect. Comme le veut le protocole, les 22 autres personnes ont été confinées "en vue d'un examen", explique un communiqué de la préfecture. Les militaires du dispositif Sentinelle, la police, la cellule mobile d'intervention chimique du SDIS ont été mobilisés, de même qu'un véhicule "détection identification prélèvement", venu de Metz qui permet d'effectuer les analyses. A 21h, le périmètre de sécurité a été levé et les 22 personnes ont pu rentrer chez elles. La police a ouvert une enquête et la procureure-adjointe s'est rendue sur place.

La sécurisation des marchés de Noël et l'état d'urgence entraînent une extrême vigilance des forces de l'ordre. Le 6 décembre, la rue des Têtes, en plein centre de Colmar, avait déjà été bouclée et plusieurs bâtiments évacués, à cause d'une voiture dont le propriétaire avait laissé tourner le moteur...