Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Combien la Loire peut-elle espérer de l'ANRU, l'Agence nationale pour le renouvellement urbain ?

dimanche 29 octobre 2017 à 18:04 Par Yves Renaud, France Bleu Saint-Étienne Loire

La Loire et Saint-Étienne Métropole espèrent être bien servies par les budgets de l’ANRU (Agence nationale pour le renouvellement urbain).

Le quartier Tarentaize de Saint-Étienne fait partie du périmetre éligible
Le quartier Tarentaize de Saint-Étienne fait partie du périmetre éligible © Radio France - yves renaud

Saint-Étienne, France

Sur la nouvelle carte nationale de rénovation urbaine, le département et la métropole apparaissent pour 39 quartiers et sept communes différentes.Saint-Étienne, Saint-Chamond, Rive-de-Gier, le Chambon-Feugerolles, Roanne, Montbrison et Firminy apparaissant en dehors des contrats ANRU mais en aide de solidarité départementale.

Une réduction du nombre de quartiers et de communes par rapport au précédent plan national, dûe à un changement des critères d'attribution (les quartiers de Firminy par exemple ne sont plus éligibles à cause du plan de mixité sociale appliqué par la ville).

Une question reste en suspens : quelle enveloppe ?

De combien d’argent pourrons-nous disposer dans la Loire pour poursuivre les rénovations existantes et en lancer d’autres ? La réponse à cette question financière n’interviendra, dans le meilleur des cas, que dans le courant de l’année 2018. En attendant, les villes sont en train de peaufiner leurs dossiers pour l'attribution des subventions de l'ANRU.

Le budget national consacré à l’ANRU, un temps fixé à 2 milliards et demi d'euros, pourrait être doublé et du coup permettre de faire plus de choses ici, c’est en tout cas l’espoir de Jean Michel Mis, le député stéphanois de la République en Marche.

Jean Miche Mis, le député stéphanois de la république en marche

A Saint-Étienne, lors du précédent plan de rénovation urbaine, on avait travaillé sur quatre quartiers prioritaires :

  • Montreynaud
  • Tarentaize, Beaubrun, Couriot
  • Sud Est
  • Cret-de-Roc

Des quartiers qui avaient reçu plus de 98 millions d'euros.

Dans le nouveau plan ANRU II qui court jusqu'en 2025, il n y a plus que deux quartier éligibles au plan national : Montreynaud et Tarentaize, auxquels viennent s'ajouter en projets régionaux les quartier Sud-Est et la Cotonne. Pour définir le programme de rénovation de ces quartiers, la ville a mis en place des conseils citoyens qui donnent leur avis. C'est le cas par exemple sur le quartier Tarentaize.

Les habitants eux ont quelques idées pour faire de ce quartier un quartier plus agréable, même si au fond, ils le trouvent déjà très bien. Dans quelques semaines, une maison des projets sera inaugurée juste en face de la Comète (l'ancienne Comédie) de Saint-Étienne pour le suivi des projets des quartiers Tarentaize-Beaubrun-Couriot.