Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Le Mans : quatre à cinq ans de prison et une relaxe dans l'affaire du commando des Sablons

jeudi 5 avril 2018 à 1:19 Par Ruddy Guilmin, France Bleu Maine et France Bleu

Quatre hommes soupçonnés d'avoir enlevé un adolescent de dix-sept ans dans un bar du quartier des Sablons le 2 mars 2016 étaient jugés ce mercredi à Rennes. Trois d'entre eux ont été condamnés à des peines de quatre à cinq ans de prison. Le quatrième a été relaxé.

Trois des prévenus sont repartis en prison
Trois des prévenus sont repartis en prison © Maxppp - David Adémas

Les avocats des quatre prévenus n'ont cessé de dénoncer un dossier "très léger" et un manque de preuves solides et concordantes. Ils ont été en partie entendus : sur les quatre hommes d'une trentaine d'années, originaires de Dreux, qui comparaissaient devant la chambre correctionnelle de la Jirs (juridiction inter-régionale spécialisée), à Rennes, deux ont été condamnés à des peines de cinq ans de prison, un troisième à quatre ans de prison. Le quatrième a été relaxé, faute de preuves suffisantes. 

Si les quatre ont nié jusqu'au bout toute participation, y compris celui arrêté ce soir-là, à Yvré-l'Evêque, après l'accident de la circulation entre deux voitures du commando, des éléments matériels ont convaincu le tribunal. L'ADN de trois prévenus a notamment été retrouvé dans deux voitures du commando abandonnées à Yvré-l'Evêque. Pour deux d'entre eux, de l'ADN se trouvait également sur des cagoules et des armes retrouvées dans ces véhicules. 

Une guerre de territoire ?

Pour l'autre, les enquêteurs ne disposaient en revanche que d'une seule trace, sur la carte de démarrage d'une des voitures du commando. Un véhicule que ce vendeur de voiture au noir affirme avoir cédé environ 15 jours avant les faits. Il a donc été relaxé au bénéfice du doute. Un autre homme mis en examen dans ce dossier avec des éléments semblables avait, lui, bénéficié d'un non-lieu avant même le procès. 

D'après l'enquête, l'expédition punitive a probablement été commanditée par un trafiquant de drogue de la ville de Dreux, dans le cadre d'une guerre de territoire avec un dealer du Mans. Une bagarre entre les deux clans avait eu lieu quelques jours avant. Sept ou huit personnes composaient ce commando dont les membres étaient cagoulés et lourdement armés.