Faits divers – Justice

Comme Montluçon, Saint-Dié ne souhaite pas inhumer la dépouille d'un auteur de l'assassinat de Saint-Etienne-du-Rouvray

Par Nathalie Broutin, France Bleu Sud Lorraine et France Bleu mardi 9 août 2016 à 9:20

Les obsèques du père Hammel ont été célébrées le 2 août dernier à Rouen
Les obsèques du père Hammel ont été célébrées le 2 août dernier à Rouen © Maxppp - Maxppp

La mairie de Saint-Dié-des-Vosges n'a pas été contactée par la famille, mais elle n'inhumera pas un des auteurs de l'assassinat du prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet dernier. Abdel Malik Petitjean est né dans les Vosges, plusieurs membres de sa famille y vivraient encore.

Sur France bleu Sud Lorraine, mardi 9 août, le maire de Saint-Dié-des-Vosges David Valence prévient : "je n'ai pas été contacté par la famille, mais pour parer à toute éventualité, je préfère d'ores et déjà dire que la ville ne souhaite pas inhumer l'un des terroristes de Saint-Etienne-du-Rouvray".  Abdel Malik Petijean est né dans la ville en 1996, puis a vécu dans l'Est de la France, à Montluçon dans l'Allier, à Aix-les-Bains en Haute Savoie ces dernières années. Des membres de sa famille vivraient encore en Lorraine. L'homme de 19 ans est l'un des deux auteurs de l'attentat perpétré le 26 juillet.

David Valence, l'élu vosgien réagit après le refus du maire de Montluçon d'inhumer dans sa commune Abdel Malik Petitjean. Dans l'Allier, Daniel Dugléry, évoque "les lois de la République". Il y a quatre points pour être inhumé rappelle-t-il :  "Etre décédé dans la commune, y résider, y posséder un caveau familial ou être inscrit sur les listes électorales. aucun des quatre points n'est ici établi".

"Eviter tout phénomène de culte néfaste"

Pour le maire de Saint-Dié,  l'inhumation de l'un des assassins du père Hammel doit se faire "en toute sécurité et dans la plus grande discrétion ", pour éviter tout "phénomène de culte néfaste à leur mémoire que certains pourraient organiser". Il ajoute qu'"il est souhaitable que les lieux des sépultures ne soient pas les lieux où les personnes ont vécu".

Partager sur :