Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Comment l'état d'urgence s'applique-t-il en milieu rural ? L'exemple de Belin-Béliet

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu
Belin-Béliet, France

L'état d'urgence ne concerne pas uniquement les grandes villes. Illustration en Gironde, dans la commune de Belin-Béliet, où la municipalité a pris des mesures très concrètes pour sécuriser ses écoles et son réseau de distribution d'eau.

Des mesures pour sécuriser les écoles de Belin-Béliet
Des mesures pour sécuriser les écoles de Belin-Béliet © Radio France - Stéphane Hiscock

Jeudi dernier les députés ont voté à la quasi unanimité la prolongation pour trois mois de l'état d'urgence, décrété à la suite des attentats de Paris.  En Gironde, seul Noël Mamère, député-maire de Bègles, s'est opposé au texte. Cet état d'urgence concerne l'ensemble du territoire français jusqu'aux départements d'outre-mer.

Il n'y a pas que dans les grandes villes que des mesures de sécurisation ont été prises. Illustration en Gironde, dans les zones rurales, où des communes agissent très concrètement.

Exemple à Belin-Béliet, commune de 4.500 habitants située dans le Val de l'Eyre. Son maire, la divers-droite Marie-Christine Lemonnier, a décidé de protéger les trois écoles de la commune. Plus question pour les parents ou toute personne étrangère à l'établissement de passer le portail. Une tolérance zéro qui s'applique même à l'école maternelle. La municipalité a également installé des barrières sur le parvis du groupement scolaire pour organiser l'accueil des enfants à plusieurs mètres des grilles.

Marie-Christine Lemonnier, maire divers-droite de Belin-Béliet

Deuxième mesure : elle concerne le château d'eau et son forage d'alimentation. Des précautions ont été prises comme l'explique  Marie-Christine Lemonnier.

Ce qui est très important c'est de sauvegarder les services à la personne et notamment les services de "vie".

Pour le reste pas question de céder à la surenchère sécuritaire. A Belin-Béliet les habitants que nous avons rencontré estiment que les mesures prises sont suffisantes. Mais depuis les attentats ils avouent aussi qu'ils n'ont plus trop envie d'aller très loin, "même aller à Bordeaux on va éviter pour l'instant" nous a confié l'un d'entre eux.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess