Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Condamné à un an de prison ferme pour avoir agressé un couple de femmes dans le métro parisien

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

L'homme s'en était pris à un couple de femmes dans le métro parisien. Il a été condamné jeudi à un an de prison ferme et 18 mois avec sursis. L'agression avait eu lieu en septembre entre les stations Havre-Caumartin et Saint-Lazare.

En un an, les plaintes pour agression homophobe ont augmenté de 15%
En un an, les plaintes pour agression homophobe ont augmenté de 15% © Maxppp - Jeremias Gonzalez

Un homme a été condamné ce jeudi à un an de prison ferme pour avoir agressé un couple de femmes dans le métro parisien.

L'agression a eu lieu en septembre entre les stations Havre-Caumartin et Saint-Lazare.  L'homme avait violemment frappé les deux victimes après les avoir insulté de "sale gouine".  

Malgré ces insultes, la procureure n'a pas retenu le caractère homophobe de l'agression.  Pourtant, lors du procès, c'est bien autour de cette question qu'ont tourné tous les débats.

Des victimes encore sous le choc

Pendant le rappel des faits, le visage des deux victimes se crispent. Les deux jeunes femmes se tiennent la main et pleurent. Ombeline et Lorraine ne comprennent pas pourquoi on ne parle pas d'agression homophobe.

Hors d'elle, Lorraine, 26 ans, montre au tribunal les photos de son visage tuméfié. Elle brandit aussi la chemise qu'elle portait ce soir là et qui a été déchirée par son agresseur, la laissant ainsi poitrine découverte en plein métro parisien.   

L'agresseur ne se souvient de rien

Dans le box des accusés, Arthur, 19 ans, dit ne se souvenir de rien. Ce soir là, il avait bu.  Il jure aussi qu'il n'est pas homophobe.

"Je n'aurais jamais utilisé ce mot honteux de gouine, je suis moi-même bisexuel", explique le prévenu calmement.

Son avocat rappelle que son client souffre d'addiction à l'alcool, au cannabis et ce depuis son plus jeune âge.   

Une défense qui aura peu convaincu le tribunal et n'aura pas épargné à l’agresseur une peine d'un an de prison ferme.

A la sortie du procès, Lorraine se dit soulagée: "Maintenant, on va pouvoir passer à autre chose et se reconstruire."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess