Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Condamné par les assises à Bordeaux pour avoir fait "mourir de peur" un sexagénaire qui avait jeté un papier par terre

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

La cour d'assises de Gironde a condamné un Bordelais de 40 ans à cinq ans de réclusion criminelle dont un avec sursis ce mercredi. Il a été reconnu coupable de la mort d'un sexagénaire, en février 2014, sur un parking de la Benauge. Il l'avait agressé parce qu'il avait jeté un papier au sol.

Le palais de justice de Bordeaux
Le palais de justice de Bordeaux © Radio France - Stéphanie Brossard

Après un peu moins de quatre heures de délibéré, la cour d'assises de la Gironde a rendu son verdict dans cette affaire jugée depuis lundi. L'homme qui avait agressé un retraité pour une histoire futile de ticket de caisse jeté par terre, a été condamné, ce mercredi, à cinq ans de prison dont un avec sursis. L'avocat général avait requis six ans en demandant de retenir une altération du discernement, pour cet homme souffrant de graves troubles de la personnalité.

Ce matin du 23 février 2014, le sexagénaire vient acheter son journal au Simply Market de la Benauge. Au moment où il quitte les caisses et se dirige vers sa voiture, il est agressé par un homme qui lui reproche d'avoir jeté son ticket de caisse par terre. Il l'agresse d'abord verbalement, puis le bouscule et lui donne un premier coup de pied, par derrière et donc par surprise, qui le fait littéralement "mourir de peur" comme l'a décrit à l'audience le médecin légiste qui avait pratiqué l'autopsie.

"Cet homme est moins condamné parce qu'il est malade ? C'est dur à entendre pour la famille"

Une peine trop légère selon les parties civiles (qui ont paru sonnées au prononcé du jugement). Même si l'accusé présente des troubles psychologiques (et que la cour a retenu une altération du jugement au moment de l'agression), 5 ans dont un avec sursis, ce n'est pas cher payé, selon maître Marie Mescam, l'avocate de la veuve du septuagénaire et de ses 2 filles.

Maître Marie Mescam avocate des parties civiles "c'est dur pour la famille"

"Même si la prison doit sanctionner, elle ne répond pas à sa fonction de réinsertion, pour des personnes malades"

Selon Maître Jérôme Dirou, l'avocat de l'agresseur, la place de cet homme quarantenaire, diabétique et souffrant de graves troubles psychologiques, malade donc plus que dangereux, n'est pas en prison.

Maître Jérôme Dirou, l'avocat de l'agresseur "la prison n'arrange rien dans ces cas-là"

Il a dix jours pour faire appel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess