Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Condamné pour avoir appelé les pompiers des Deux-Sèvres 98 fois sur deux jours

lundi 5 mars 2018 à 17:56 Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou

Un habitant de La Chapelle-Saint-Laurent âgé de 54 ans a été condamné à neuf mois de prison dont trois mois avec sursis mise à l'épreuve, ce lundi après-midi, par le tribunal correctionnel de Niort pour des appels malveillants aux gendarmes et aux pompiers des Deux-Sèvres.

C'est la 7e condamnation du prévenu pour appels malveillants
C'est la 7e condamnation du prévenu pour appels malveillants © Radio France - Noémie Guillotin

Deux-Sèvres, France

98 appels sur deux jours aux pompiers des Deux-Sèvres en novembre dernier. Et dix appels en deux heures aux gendarmes fin janvier. Un habitant de La Chapelle-Saint-Laurent âgé de 54 ans comparaissait ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Niort pour une série d'appels malveillants. 

"Pas de la malveillance mais de la maladresse. Je respecte énormément les pompiers"

Le 12 novembre 2017, les pompiers des Deux-Sèvres reçoivent 55 appels. Le 14 novembre, 43. "14h41, 14h43, 15h08, 15h14, 15h16, 15h17, 15h21 deux fois...", liste la présidente du tribunal. Appels qui s'accompagnent d'insultes "pompiers de merde", et de commentaires du style "c'est moi le patron"

A la barre l'homme en chemise rose et cheveux grisonnants reconnait les faits. Il explique avoir été cambriolé trois fois et regrette que rien n'avance dans son enquête. "Mais pourquoi vous appelez les pompiers ?" lui demande la présidente du tribunal. Le prévenu tente de se justifier : "Je mélange le 17 et le 18", ou "le téléphone refait le numéro précédent involontairement dans ma poche". "Pas de la malveillance, mais de la maladresse" fait valoir le Deux-Sévrien qui souffre de problèmes d'alcool. "Pendant ce temps-là les pompiers ne reçoivent pas les appels plus urgents", fait remarquer la présidente du tribunal.

Déjà condamné six fois pour appels malveillants

Le quinquagénaire ne travaille plus depuis une vingtaine d'années mais a été à maintes reprises condamné. 17 mentions à son casier judiciaire dont six pour des appels téléphoniques malveillants. "Un homme laissé seul" défend son avocate. "Il le dit dans son audition, il arrêtera quand on donnera une solution à son problème", poursuit-elle. Elle demande la relaxe. L'homme est finalement condamné à neuf mois de prison dont trois mois avec sursis mise à l'épreuve pendant deux ans, une obligation de soins et d'indemnisation des victimes. Son maintien en détention a également été prononcé.