Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Condamné pour avoir caché une caméra dans la salle de bains du logement qu'il louait sur AirBnb à Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

Il avait caché une GoPro dans une grille d’aération de la salle de bains du logement, louable sur AirBnb à Perpignan. Un couple de locataires s’est porté partie civile, ainsi que l’ex-femme de cet homme de 59 ans. Le prévenu a été condamné à un an de prison avec sursis probatoire.

Le tribunal correctionnel de Perpignan a condamné cet homme de 59 à un an de prison avec sursis pour voyeurisme aggravé.
Le tribunal correctionnel de Perpignan a condamné cet homme de 59 à un an de prison avec sursis pour voyeurisme aggravé. © Radio France - Xavier Ponroy

C’est à l’été 2019 qu’a été découvert le stratagème. Un couple originaire de région parisienne loue alors une chambre dans la maison du prévenu. La femme se rend alors à la douche et a eu "comme le pressentiment d’être observée", relate Maître Philippe Capsié, l’avocat des voyageurs. 

La victime, qui n’était pas présente à l’audience au tribunal de Perpignan, sort de la douche et remarque quelque chose qui brille derrière une grille d’aération. C’est la lumière d’enregistrement d’une caméra Go Pro

Une "détresse sexuelle"

Affolé, le couple quitte alors les lieux et passe la fin de son séjour dans un hôtel à Collioure. Ils déposent plainte. 

"Atteinte dans son intimité", Philippe Caspié décrit le préjudice de sa cliente

Le propriétaire est alors interpellé, et reconnaît les faits

Au total, 159 voyageurs ont passé une ou plusieurs nuits dans cette location entre 2017 et l’été 2019. Sur l’ordinateur du prévenu, les enquêteurs ont retrouvé une dizaine de vidéos qui concernent des locataires, mais le nombre de victimes pourrait être plus important. 

Une grande quantité de vidéos pornographiques étaient également enregistrées sur des disques durs. Parmi elles, des images pédopornographiques, qui ont également été ajoutées au dossier et font partie de la condamnation. 

Une dizaine de vidéos retrouvées

À la barre, tout de noir vêtu avec un look de motard, le quinquagénaire s’explique seul, ayant choisi de ne pas être défendu par un avocat. Il raconte avoir placé une caméra à cet endroit depuis la fin 2017. Une "idée stupide" justifiée par une "détresse sexuelle" depuis qu’il est divorcé. 

Son ex-compagne est l’autre partie civile. Le couple avait continué à vivre sous le même toit pendant un temps après leur séparation, par souci d’argent. Et elle aussi avait été filmée. 

L'homme a été condamné à lui verser 1.500 euros de dommages et intérêts, ainsi que 1.000 euros à la touriste parisienne. Le préjudice du compagnon de cette dernière n'a pas été retenu. 

Le Perpignanais est désormais inscrit au fichier des délinquants sexuels et devra obligatoirement suivre des soins, au risque de voir son sursis se transformer en peine de prison ferme. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess