Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Condamné pour avoir fait des propositions sexuelles à un mineur sur Facebook

-
Par , France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel

Un homme de 38 ans a été condamné à 6 mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc ce mardi 14 janvier 2020 pour avoir fait des propositions sexuelles à un garçon de 14 ans via le réseau social Facebook.

Le palais de justice de Saint-Brieuc
Le palais de justice de Saint-Brieuc © Radio France - Johan Moison

Saint-Brieuc, France

"On a eu très très peur au début", raconte le papa de Xavier* à la barre de tribunal. "Aujourd’hui, mon fils va bien, il n’a plus de compte Facebook"

Des propositions sexuelles sur Messenger

L’histoire remonte à 2017. Xavier, 14 ans, accepte un nouvel ami sur son compte Facebook, un homme de 38 ans qu’il ne connait pas. Très vite, l’homme entame une conversation avec Xavier sur Messenger, la messagerie instantanée de Facebook, et commence à faire des propositions sexuelles au jeune garçon. Les parents de Xavier qui contrôlent le compte de leur enfant découvrent avec stupeur les échanges et décident de porter plainte. "On a voulu mettre un frein à tout cela très vite", précise le père de famille. 

L’enquête montre que l’homme échange avec d’autres « amis » mineurs sur le réseau social. A la barre, il a du mal à s’exprimer. "J’avais peut-être bu", bredouille-t-il. "J’ai des problèmes par rapport à la sexualité", poursuit le prévenu qui vit chez ses parents. Le procureur parle d’une "affaire qui illustre que les réseaux sociaux n’ont de « sociaux » que le nom avec _la possibilité d’échanger avec le masque de l’écran". "Les faits sont graves", reconnait son avocate, "mais ce n’est pas quelqu’un de foncièrement malveillant". "Vous l’avez vu, il est très timide, très mal à l’aise, il n’avait pas conscience, à l’époque, de la conséquence de ses actes sur la personne de l’autre côté de l’écran, aujourd’hui, le suivi psychiatrique lui permet d’avancer"._ 

Interdiction définitive d'entrer en contact avec des mineurs

Le prévenu est condamné à une peine de 6 mois de prison avec sursis assortie d'un suivi mise à l’épreuve de deux ans et d'une obligation de soins. Le tribunal lui interdit également d’entrer en contact avec les mineurs de façon définitive. 

*Le prénom a été modifié"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu