Faits divers – Justice

Condamné pour avoir percuté un gendarme à Saint-Maixent-l'Ecole

Par Noémie Guillotin, France Bleu Poitou lundi 10 octobre 2016 à 18:26

Le gendarme blessé a eu 21 jours d'ITT (interruption temporaire de travail)
Le gendarme blessé a eu 21 jours d'ITT (interruption temporaire de travail) © Radio France - Noémie Guillotin

Le tribunal correctionnel de Niort a condamné un jeune homme de 19 ans à 3 ans de prison dont 2 ans ferme, plus une révocation d'un sursis de 5 mois. Le 22 septembre dernier, il vole un petit utilitaire. En tentant d'échapper aux gendarmes, il en percute un et le blesse.

Les blessures encore visibles du gendarme de 39 ans, témoignent de la violence du choc. Ce père de famille est présent à l'audience au tribunal correctionnel de Niort en fauteuil roulant, une cheville bandée, un corset autour du buste.

Tout commence dans la soirée du 22 septembre. Le prévenu, un jeune homme de 19 ans vole un petit utilitaire "par nécessité" explique-t-il. Il a des rendez-vous sur Niort le lendemain et pas d'argent pour payer le train. Il est sorti de prison à peine un mois plus tôt, condamné pour une tentative de vol à main armée dans un kébab de Saint-Maixent-l'Ecole, où il habite.

J'ai eu peur, j'ai paniqué", dit le prévenu

Les gendarmes sont prévenus. Le militaire de 39 ans est percuté alors qu'il installe une herse dans une rue à sens unique pour intercepter le conducteur. Avec sa collègue, ils lui font signe de s'arrêter. A la barre, le prévenu au visage enfantin reconnait du bout des lèvres avoir continuer de rouler pensant que le gendarme se pousserait. Il n'a pas le permis de conduire, il a bu, 1 g d'alcool dans le sang. "J'ai eu peur, j'ai paniqué", lâche le garçon qui s'excuse en regardant la victime.

Des gendarmes exposés au quotidien de plus en plus", pour l'avocate des parties civiles

L'avocate des deux gendarmes parle plutôt de choix. Celui de ne pas respecter la loi encore une fois. Choix aux conséquences dramatiques, physiques mais aussi psychologiques pour le gendarme, sa famille et sa collègue de 30 ans pour qui c'était la première patrouille en binôme à Saint-Maixent-l'Ecole.

L'engrenage fatal d'un garçon sans ressource défend son avocat. Engrenage qui le reconduit derrière les barreaux.

Partager sur :