Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Condamné à trois ans ferme pour avoir poignardé son beau-père dans le cou

mardi 13 février 2018 à 18:21 Par Renaud Candelier, France Bleu Auxerre

L'auteur du coup de couteau porté samedi à son beau-père à Villeneuve-la-Guyard a été condamné à de la prison ferme ce mardi par le tribunal de Sens et maintenu en détention.

Le coup porté a provoqué une plaie d'une dizaine de centimètres à la gorge
Le coup porté a provoqué une plaie d'une dizaine de centimètres à la gorge © Maxppp - Maxppp

Villeneuve-la-Guyard, France

Samedi, le jeune homme demande une nouvelle fois de l'argent à sa mère. La scène se déroule dans le hall d'un immeuble de logement social à Villeneuve-la-Guyard. Il veut dix euros pour nourrir sa chienne. La maman refuse car cela fait des mois que son fils leur vole de l'argent, raison pour laquelle elle l'a mis dehors. 

Une plaie d'une dizaine de centimètres à la gorge

Son compagnon le saisit alors par le col pour l'éloigner. C'est à ce moment que le garçon sort un Opinel et poignarde l'homme sur la gauche du coup. La plaie fait une dizaine de centimètres. La lame a touché la veine jugulaire, l'homme perd beaucoup de sang ce qui nécessite un envoi en urgence à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. 

"Il était à deux doigts de la mort, vous vous rendez compte ?"

"Il était à deux doigts de la mort" précise le président du tribunal. "Pourquoi l'avoir poignardé à la gorge ? Vous avez tenté de l'égorger ! Vous vous rendez compte ou pas ?"

Manifestement le prévenu n'a pas conscience de la gravité de son geste. Il aurait pu être jugé aux Assises "avec une qualification de tentative de meurtre" précise le tribunal. "Mais s'il ne m'avait pas secoué, je ne l'aurais pas fait" se défend le prévenu, visage juvénile et regard sombre. "Ce qui est glaçant, c'est que vous n'avez pas l'ombre d'un remord", s'étonne le président.

Un jeune homme immature et impulsif

L'expertise psychologique décrit un jeune homme immature, impulsif, avec une intolérance à la frustration. Il faut dire qu'à vingt et un ans, il a une histoire difficile, malgré un accompagnement en famille d'accueil, une mère fragile devenue alcoolique et un père inconnu. Aujourd'hui le garçon est sous curatelle, sans domicile, sans travail, sans revenu (il ne touche aucune aide sociale). 

"Ajouter de la misère à la pauvreté"

"Ajouter de la misère à la pauvreté", vous comprenez ce que ça veut dire ?", demande le président du tribunal. Là encore, le garçon semble ne pas comprendre. Le parquet exprime son inquiétude  : "la vie tient à peu de choses. C'est banal de le dire, mais en l'espèce c'est vrai. Pour une simple dispute, vous décidez de porter un coup avec une arme létale. Ce n'est pas un geste de défense, mais d'attaque de nature à inquiéter. Il y a un danger du prévenu dans sa faculté à exploser."

Le tribunal décide de trois ans de prison ferme, assortis d'un an avec sursis. Ainsi qu'une obligation de soins psychologiques, de travail et une interdiction d'entrer en contact avec la victime. Le jeune homme est maintenu en détention à l'issue de l'audience.