Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Condamnée pour avoir téléchargé 11 films illégalement sur Internet

jeudi 26 mai 2016 à 16:02 Par Elisabeth Badinier, France Bleu Roussillon et France Bleu

Un jeune femme de 21 ans a été condamnée mercredi à 500 euros d'amende avec sursis par le tribunal correctionnel de Perpignan pour avoir téléchargé 11 films illégalement sur internet.

Téléchargement illégal (illustration)
Téléchargement illégal (illustration) © Maxppp - Maxppp

Perpignan, France

C'est interdit et pourtant, chaque jour, des milliers de Français téléchargent illégalement des films ou de la musique sur Internet. Les poursuites sont extrêmement rares, malgré l'adoption de la loi Hadopi en 2009.

Pourtant mercredi à Perpignan, une jeune femme de 21 ans, habitante de la commune d'Elne, a été condamnée devant le tribunal correctionnel. On lui reproche d'avoir téléchargé 11 films sur l'année 2014.

C'est avec stupeur que la jeune femme a vu débarquer les gendarmes à son domicile l'année dernière. Ils viennent saisir son ordinateur et ses clés USB, pour les envoyer à une cellule d'investigation spécialisée. A croire qu'on la soupçonne de terrorisme ou de piraterie informatique.

Mais non : on lui reproche d'avoir, comme une bonne partie des jeunes de son âge, téléchargé quelques films, sur deux plate-formes illégales.

"Je savais que c'était interdit, mais bon jamais je n'aurais pensé que ça pouvait me mener devant un tribunal."

Son avocate embraye : "Si désormais on décide de juger tous les jeunes qui font ça, on ne pourra jamais faire rentrer tout le monde dans la salle d'audience. Je vous demande de ne pas la condamner juste pour l'exemple."

Le tribunal va se montrer plutôt clément : 500 euros d'amende, avec sursis. La jeune femme a promis de ne plus jamais remettre le doigt dans le pot de confiture.